Schwarzwald Forum RPG
CE FORUM RPG EST INTERDIT AUX MOINS DE 18 ANS.
Une certaine maturité est nécessaire pour appréhender les thèmes traités avec assez de recul.
De plus, certains propos fictifs ont une nature violente ou érotique.
Toutes les choses décrites demeurent du domaine de la fiction et n'engagent en aucun cas les opinions des auteurs.
Âmes sensibles s'abstenir.

Maintenant que vous êtes prévenu, si vous décidez quand même de lire ce forum, cela n'engage que vous et nous déclinons toute responsabilité concernant un heurt potentiel de votre sensibilité.


« Les crucifiés chantent et leur choeur me met en joie ; regardez tous ces rouages mû par une seule volonté, un seul but. Ne plus souffrir. Et pourtant, si leurs voix se cassaient, ils seraient exemptés.»
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
...Invité, your mind is lost.
Loading...
Loading...
Loading...

Partagez
 

 - Fatal Error System -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rang : Prêtresse du Serpent
Féminin Taureau Cochon
Souffles : 95
Condamné depuis le : 14/08/2012
Age : 24
Dimension : Multiples
Feuille de personnage : http://schwarzwald.guildjdr.com/t89-mars-shilderick-answald

Feuille de personnage
Santé physique:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue6/13- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (6/13)
État :: Normal
Santé mentale:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue6/11- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (6/11)
Micki
Micki
MessageSujet: - Fatal Error System -   - Fatal Error System - EmptySam 16 Fév - 22:10

Shilderick. Son nom. Mars. L'Arche. 1500. Erreur. Données incompréhensibles, mémoire défaillante... Sa vision devint de moins en moins floue pour atteindre le presque correct. Il était clairement atteint d'amnésie, ce fut la première pensée de son réveil. S'il était capable de se souvenir de l'essentiel de sa vie, les évènements récents de ces derniers mois étaient parfaitement inaccessibles. Il se trouvait dans une petite pièce vide, un caisson de fer ressemblant fort à une cellule... Et c'en était bien une. Il était effondré par terre, une douleur lui lançait le crâne. Les barreaux, la porte étaient bien en place, bien fermés. Serrure nécessitant un Pass de haut grade... Et il faisait froid, anormalement froid. La pièce n'était éclairée que par un faible néon grésillant, tandis que le couloir s'étendant à droite et à gauche de l'autre côté des barreaux était plongé dans le noir le plus complet au bout de quelques mètres. Pas âme qui vive.
Chose étrange, Shilderick disposait toujours bien de son arme à feu, du Changeforme et du reste de son équipement habituel. Hormis cela, tout était désespérément vide, lisse, immaculé... A bien y regarder, pas complètement. Un dessin étrange avait été gribouillé sur le sol, juste de l'autre côté des barreaux, là où la liberté narguait le savant fou. Le graffiti semblait fait de sang. Il représentait des points épars.

O O O
O O O
O O O

Une voix résonna, nasillarde, dans l'ombre. Moqueuse, inhumaine. Affreusement sournoise.
- Quatre lignes. Pas droit de lever le doigt en traçant, pas droit de passer deux fois par le même point.
Une petite flaque de sang à côté du dessin devait servir d'encrier...



Shilderick porta la main à son front. Malgré l'air glacial de la pièce, il avait terriblement chaud. Il ramena ses cheveux en arrière, les collant contre sa nuque. Il se sentait épuisé... Méthodiquement, il vérifia que son flanc droit n'était pas blessé, avant d'essuyer la sueur froide qui coulait sur son ventre. Où était-il? La pièce était vierge de tout indice. Il grimaça, tentant de se souvenir. Comment? Pourquoi? Pourquoi...

La voix le fit sursauter et il se leva brusquement, avant d'apercevoir le schéma devant lui. Ses iris multiples se rétrécirent soudain. Le prenait-on pour un imbécile?? Prudemment, n'osant pas tourner la tête, il s'assit en tailleur devant le casse-tête. La flaque de sang, près de sa main, semblait n'attendre que lui. Il plongea son doigt dans le liquide poisseux avant de le retirer vivement, plaquant sa main contre son torse en hurlant... La peau de sa main se durcissait, formant un cocon épais, comme un gant naturel. La sensation était effroyable. Shilderick avait l'impression qu'on lui arrachait la peau de l'intérieur, mêlée à une intense brûlure de cigarette. Depuis combien de temps était-il ici... Depuis combien de temps n'avait-il pas pris son traitement... Il serra les dents, fermant à demi les yeux. Attendant que la douleur passe. Il y était pourtant habitué, à ces mutations soudaines, mais elles lui étaient sorti de l'esprit un instant. Un sourire sans joie s'étira sur son visage. Sorti de l'esprit... S'en était à mourir de rire...

Quand la douleur se fut enfin évanouie, il déposa son doigt dans l'encrier sanglant et ricana. Ce n'était même plus un casse-tête... Il s'agissait d'un grand classique, que n'importe quelle personne dotée de quelques neurones fonctionnels aurait pu résoudre... du moins il l'espérait.

Ne pouvant s'empêcher de noter une erreur dans l'énoncé, qui n'avait pas précisé qu'il fallait passer par tous les points, il traça lentement la réponse, en prenant bien garde à ne pas lever le doigt. Il fallait être limité pour ne pas réussir un tel test...
Shilderick porta la main à son front. Malgré l'air glacial de la pièce, il avait terriblement chaud. Il ramena ses cheveux en arrière, les collant contre sa nuque. Il se sentait épuisé... Méthodiquement, il vérifia que son flanc droit n'était pas blessé, avant d'essuyer la sueur froide qui coulait sur son ventre. Où était-il? La pièce était vierge de tout indice. Il grimaça, tentant de se souvenir. Comment? Pourquoi? Pourquoi...

Quand il eut fini, Shilderick releva le doigt. Comme d'habitude, son travail était parfait. Il sourit, satisfait. Un flash soudain lui rappela Alice. Il fronça les sourcils. Oui, il faudrait qu'il pense à terminer Alice, il avait horreur du travail bâclé.


Un grognement dans l'ombre indiqua que l'auteur de l'énigme était frustré de voir son épreuve mise à mal si facilement. Shilderick perçut distinctement un bruit de glissement, comme un énorme gastéropode qui se traînerait. Le glissement semblait s'en aller. Lorsque le bruit eut presque disparu, un cliquetis retentit sur l'acier : Un Pass de Haut Grade avait été lancé depuis l'ombre jusque devant la cellule. Shilderick eut alors un nouveau flash, dans lequel il revit le plan des geôles. Il savait qu'à sa gauche le couloir s'achevait par un cul de sac. A sa droite, il verrait défiler toutes les geôles vides - du moins si cela n'avait pas changé depuis son arrivée - et au bout, il y aurait le couloir de transport menant vers... Souvenir inaccessible. En tous les cas, il n'avait qu'une seule issue. Pas de choix.
A peine son flash s'acheva-t-il qu'il entendit un couinement aiguë. Quelque chose vola dans les airs pour s'écraser devant sa cellule dans une gerbe de sang, juste à côté du Pass. C'était le cadavre d'une chose absolument immonde, parfaitement inhumaine. Un extra-terrestre. La pensée s'imposa dans l'esprit de Shilderick. Il n'en avait jamais vu, n'en avait même jamais entendu parler de manière véridique, c'était censé ne pas exister. La chose ressemblait à un petit enfant squelettique aux yeux semblables à deux fentes noires, sa peau était lisse, translucide, tous les organes étranges étaient visibles au travers. Elle avait deux bras musculeux achevés par des mains griffues, et plusieurs paires de jambes difformes et visiblement inutiles, que la créature devait probablement traîner derrière elle pour se déplacer. Son corps était ouvert et ses entrailles gisaient sur le sol, exaltant un fumet putride. Dans l'ombre, quelque chose claqua des dents avec violence, plusieurs fois.
Le Pass était désormais bien au chaud sous quelques viscères extra-terrestres.



Shilderick réagit pratiquement immédiatement au flash et était à demi sur ses pieds lorsque la créature s'écrasa sur le sol. Le grincement de dents derrière lui lui intima d'agir vite. Un grondement sourd monta de sa propre gorge, indépendant de sa volonté. Il fallait qu'il trouve de quoi se calmer les nerfs, et vite. Il retourna l'extraterrestre machinalement, habitué au contact moite des cadavres. Ce truc avait l'air bel et bien mort... et quelque chose semblait vouloir en profiter. Shilderick attrapa le pass et allait sortir quand il se ravisa.

La bestiole n'était peut-être pas morte, après tout il n'en savait rien... Et puis quand bien même elle le serait, son corps serait un objet d'étude étonnant. Restait encore à trouver un moyen de contenter l'affamé qui se terrait dans les environs... Shilderick avisa les "jambes" du monstre, inutiles. Oui, il pouvait toujours tenter le coup... Il commença par refermer grossièrement la blessure, déchirant un morceau de sa manche pour tenir la peau en place. La consistance du monstre au niveau des jambes était gluante, molle, résultat d'une évolution qui les avaient réduites à des excroissances inutiles. Il pourrait en déchirer une, pourvu qu'il s'y prenne correctement. De ses longs doigts crochus, il força la peau le plus possible, jusqu'à ce qu'elle cède sous la force surhumaine de ses bras. Ce qui était devenu plus un tentacule qu'une jambe se sépara du corps. L'odeur du sang de la créature était presque insupportable. Shilderick se servit d'un autre morceau de tissu pour garroter la nouvelle plaie, et attrapa la créature sous son bras, laissant la jambe sur place et sortit dans le couloir.

Passer devant toutes ses cellules vides lui semblait imprudent mais il n'avait pas d'autre solution. Se dépêcher était encore le meilleur moyen de se faire tuer... Il avança d'un bon pas dans le couloir, aux aguets, son beretta en main, prêt à bondir hors de portée.


A peine sorti de la cellule, quelque chose bondit sur lui avec une violence si extrême qu'il s'écarta un centième de seconde avant de se faire percuter. La chose heurta le fond du couloir, dans l'ombre - un bond d'une dizaine de mètres - avec un bruit mat. Shilderick n'eut pas le temps de distinguer clairement ce qu'elle était exactement.
Le sas menant au couloir de transport s'ouvrit automatiquement à son approche. Le tunnel était à peine éclairé, toujours par un néon cru, et il était vide ; les navettes étaient à l'autre bout, autrement dit à un sacré morceau de marche. Le sas ouvert révéla également une bouillie de chair informe qui avait dû autrefois être humaine, gisant sur le sol près de l'ouverture.
La chose dans les bras du savant eut un tressaillement, mais semblait bel et bien morte, pourtant cet infime mouvement paraissait comme une incitation à se précipiter dans le sas pour échapper à la seconde chose.



Le temps n'était plus à la réflexion. Calant plus confortablement contre lui le corps de l'extraterrestre, Shilderick s'élança dans le couloirs, ses longues jambes déliées avalant la distance à bonne vitesse. Il grinçait des dents: il venait d'abimer stupidement un sujet d'expérience POUR RIEN!! Une vive douleur le prit à l'épaule. Un étrange pic d'os perçait de sous sa peau. Il jura, ce n'était pas le moment d'avoir des envies de changement!!

Il courait souvent, pour garder son corps en forme, et son endurance était suffisamment bonne pour qu'il puisse courir sans interruption pendant un bon moment. Il arma son pistolet, comprenant avec un poil de retard l'utilité de l'excroissance sur son épaule... Elle lui permettrait, en pleine course, de tirer quand même sur ses poursuivants. Il sourit, son corps lui réservait encore bien des surprises décidément. Le petit corps de l'extraterrestre tressautait sous son bras. Shilderick sentit le rire monter dans sa gorge pour exploser, haut et clair. Il soupira. Oui, il fallait vraiment qu'il se trouve de quoi créer un substitut au traitement.


Le tunnel s'étendait comme à l'infini. Les néons, bien que réguliers, laissaient des zones incertaines, perdues dans l'obscurité. Les rails électromagnétiques défilaient au rythme de course de Shilderick. L'unique voie était sinistre. Tout était trop identique. Les tuyaux serpentant sur les murs ronronnaient sourdement. Le silence, compact, l'absence de vie humaine.
Un raclement sur le sol en acier indiquait que Shilderick n'était plus seul. Quelque chose le poursuivait nerveusement. En se tournant à peine, Shilderick put voir ce qui le traquait.
Une petite créature relativement humanoïde. Le buste et la tête sont beaucoup plus développés que les membres, ce qui lui donne l'allure d'un enfant monstrueux. Elle est glabre, a la peau vert foncée sur le corps ou vert pâle en haut du crâne et au bout des membres. Ce qui ressemble à des côtes est saillant sur son corps. Elle a deux brèches entre le jaune et le blanc en guise d'yeux et sa bouche dentée est pourvue d'une langue semblable à une trompe, qui frétille dans l'air. La créature ressemblait à celle qu'avait Shilderick dans les bras, mais en plus réussi, plus sain, et avec de vraies jambes : c'étaient de véritables ressorts tendus à l'extrême, lui permettant de courir ou de bondir avec une force prodigieuse. Une vitesse hallucinante, empreinte de férocité. Une telle sauvagerie que, si cette créature-là paraissait mieux se servir de son corps, elle ne s'accordait pas l'apparence d'une chose capable de penser, encore moins de parler. Shilderick tira mais la balle manqua sa cible et ricocha contre un mur. La créature claqua méchamment des dents.
Elle se rapprochait inexorablement.



Les pupilles folles de Shilderick s'agrandirent et son sourire dévoila ses dents blanches. Il laissa tomber le cadavre qu'il tenait dans ses bras: la créature qui le poursuivait semblait en bien meilleure condition. Le scientifique sentait une étrange euphorie s'emparer de son corps. Il... s'amusait?
- Pas le temps pour une psychanalyse, se murmura-t-il avec un sourire en coin.
Il cala le Beretta contre son épaule. La créature ressemblait à un enfant grotesque qu'on aurait croisé avec un singe. Automatiquement, Shilderick nota cette idée dans un coin de son esprit, sa curiosité scientifique titillée à l'idée de cette expérience. Soudain, ses iris se fondirent en une seule, signe chez lui d'une concentration maximum. Viser la tête.


La détonation caressa une nouvelle fois les tympans du scientifique, la balle fila avec une précision empreinte de la concentration maximale de Shilderick. La tête molle de l'alien se creva, éclaboussant le sol et les parois d'un sang bleuâtre juste avant qu'il ne s'effondre.
Le tunnel retrouva un calme plat et silencieux.



Shilderick stoppa net. ... ... Jésus. Doux Jésus, mais pourquoi avait-il tiré sur la TÊTE!! Il soupira. Un sujet d'expérience de plus de foutu en l'air à cause d'une erreur ridicule. Il en serait venu à se détester, pour un peu. Une pulsion soudaine au creux de son ventre le coupa dans son élan de désespoir.
- Oh non, pas maintenant...
Il lança un coup d’œil aux deux cadavres. Non, non certainement pas. Ce n'était pas le moment pour ce style d'envies... Bon sang, ça arrivait toujours aux pires moments! Il fit demi-tour aussi sec, continuant son chemin dans le tunnel. Le Beretta retrouva sa place dans son holster, alors que Shilderick vérifiait, par pure manie, l'état de son flanc droit. Il avait dû se cogner quelque part, il avait un sacré bleu... Il tenta de se concentrer sur ses blessures, ignorant la montée de salive dans sa bouche. Oui, oui, dans les pires moments... Il avait une faim d'enfer, mais manger des extraterrestres... Des extraterrestres... Son esprit dégagea ce mot de son esprit. Mieux valait ne pas y penser.... Sa langue, longue et pointue, frétilla dans l'air frais. Il haussa un sourcil, fit demi tour, déchira un morceau de chair et se le cala dans la bouche. C'était visqueux et le goût était absolument immonde, mais alors qu'il mâchonnait, sa faim disparut et il put cracher le morceau de peau par terre. Dégoutant.

Un rictus tordit sa bouche alors que sa langue reprenait sa dimension normale. Les mains dans les poches, toujours sur le qui-vive, il s'enfonça plus profondément et à vive allure dans le tunnel.


Shilderick sentit se mêler à sa salive le sang étrange. Virulent, il lui brûla la gorge. Possessif, il s'enfonça dans ses entrailles. Dominateur, il y fit naître une jolie couleur bleue.
Mais cela, Shilderick n'en avait pas encore conscience.

Il semblait indifférent à l'atmosphère glauque et froide. Il marchait depuis longtemps dans un silence complet, dans une solitude parfaite, lorsqu'un vrombissement retentit au loin. Le genre de bruit que fait une navette glissant sur des rails électromagnétiques à toute vitesse. Les rails n'étaient pas une voie piétonne, se plaquer aux murs ou au plafond ne le sauveraient pas, il 'n y avait pas de trappe, pas de conduit d'aération, aucune issue.
La lumière blanche apparu au bout du tunnel, quelques secondes après le vrombissement. Shilderick n'eut exactement que 2,35 secondes pour réagir, temps lors duquel son corps tenta trois mutations extrêmes différentes en calculant d'elles-mêmes les probabilités qu'elles le sauvent.
Les navettes, automatiques, possédaient un radar afin d'éviter les accidents. Les freins crissèrent. Puis cédèrent dans un bruit immonde de ferraille tordue. La navette allait beaucoup trop vite. La collision était inévitable.
L'impact fut cataclysmique. C'était comme se prendre un tram dans la gueule, en fait, c'était exactement ça. Shilderick perçu distinctement son corps éclater en se faisant percuter, ensuite il ne perçu plus rien du tout, ce qui lui évita la désagréable sensation de se faire traîner sur 200 mètres à 130Km/h.

***


« - Shilderick Answald, face à ces preuves accablantes, vous êtes déclaré coupable d’expérimentation illégale, amorale et perverse sur des êtres humains. Vous êtes condamné à l’isolement à perpétuité. »

« LE SAVANT FOU S’EST ECHAPPE ! »

« - Nous vous proposons une nouvelle vie et vous pourrez continuer à bidouiller des humains. Mais pour cela, il vous faudra nous rendre un service. »

« L’Arche arrive en zone 9. Préparation de l’atterrissage sur Mars. Tous les citoyens sont priés de gagner leurs postes. »

« *Hurlement* »

Les souvenirs et les échos de voix cessèrent dans un éclair blanc. Shilderick avait un intense mal de crâne et hormis ces réminiscences, sa mémoire récente demeurait un profond mystère. Il se sentait faible, et son cerveau hurlait qu’il y avait un problème. Son corps tout entier ne devint que douleur pure. Et cela n’était pas près de cesser. Ouvrant de grands yeux, il réalisa que son corps n’était plus qu’une bouillie bleuâtre qui gigotait en tous sens. Cela ressemblait à du pétrole vivant. C’était si liquide qu’il put observer son reflet dans cette matière organique mouvante. Son visage demeurait intact. A partir du milieu du cou, il n’était plus qu’un amas noir et bleu de cette substance inconnue. Il n’avait plus ni jambes, ni bras, plus de torse, il n’était qu’une flaque instable. La seule chose qui ressemblait de loin à un membre était la tige un peu plus compacte qui soutenait sa tête et lui permettait de se voir de la sorte. Il avait mal, atrocement mal.
Encore à moitié inconscient, percevant mal son environnement, il sentit que le liquide se déplaçait, l’emmenant avec lui. Comme fasciné, il ne quittait pas son propre reflet. C’est ainsi qu’il vit des épines jaillir de son crâne comme une crête punk. Instantanément, des voix envahirent son esprit. Elles étaient inhumaines et incompréhensibles. Elles éveillèrent la partie la plus primale de son cortex, qui se crispa, refusant l’intrusion d’une forme de vie qui avait différé de la sienne depuis bien trop longtemps. Ce n’était pas LUI. Le pauvre petit cortex de Shilderick s’affolait, dressait des murailles contre l’invasion. Son possesseur lui avait déjà fait accepter beaucoup de changements, souvent imprévisibles, mais là, c’en était de trop.
Shilderick sentit son corps se restructurer, retrouver une apparence humaine, jusqu’à ce que même ses longs doigts soient restitués. Jusqu’à ce que même les épines qui avaient poussé sur son crâne se tassent et retournent sous la peau. Lorsque Shilderick se sentit aussi humain qu’il pouvait l’être avant la collision avec la navette, il vomit une dizaine de fois, tremblant. Ensuite, il comprit qu’il était toujours dans le tunnel, qu’il avait perdu tout son équipement et qu’il était nu. Couvert de sueur et tremblant de froid.
Enfin, un murmure fou et incompréhensible assaillait en permanence son esprit.
Il avait mal absolument dans chaque parcelle de son être.



Shilderick tomba à genoux. Il se recroquevilla sur lui-même, respirant l'air glacé du tunnel. Il avait froid. Pour la première fois depuis une éternité. Son estomac se serra. La douleur était écrasante... Une impression de vide total dans son corps, la sensation de s'effondrer sur lui-même...
- ...
Il avait peur. ... P-peur? Une larme épuisée roula sur sa joue.
- ... Pff..... ahaha..... ahahaha.... HAHAHAHAHAHA!!!
Le rire, franc et net, se répercuta longuement sur les murs. Oh qu'elle était agréable, cette sensation! Comme il se sentait soudainement vivant! Il se redressa doucement, prenant tout le temps qu'il lui fallait pour apprécier la douleur. L'équivalent d'une énorme courbature. Rien de dangereux pour sa santé. Par manie, il vérifia son flanc droit. Non, rien.

Sa mémoire lui revenait peu à peu... Le procès... La proposition... L'Arche.... L'arrivée.... Tout était flou. Il s'alarma soudain: le procès!! Commençant à marcher, il pesta: si ces abrutis avaient fait le moindre mal à ses créations...

"- .... teur? Docteur?! Docteur!! Vous allez bien??
- O-oui, Alice. Ngh... Ce n'est rien.
- Je vais m'occuper de cette blessure pour vous, ne bougez p-..."

Ah oui, Alice... Surtout Alice... Il essuya la sueur qui lui coulait dans les yeux. Il ne pouvait pas continuer dans cet état... Il fit demi-tour. Peut-être y avait-il, dans la navette, quelque chose d'intéressant à aller chercher... Il se mit en route, proprement épuisé. Au moins la douleur le maintenait éveillé...


Titubant nu, Shilderick entreprit donc de faire demi-tour. Le temps passa très vite. Alice. Obsession qui le lancinait faute de certitude, et qui lui permettait de tenir debout malgré le fait qu'il soit passé sous une navette, chose dont un humain se sortait assez rarement aussi indemne qu'il ne l'était. Mais était-il encore vraiment humain ? L'ironie du sort planta ses crocs dans son Destin à cet instant : Shilderick pu observer se former sur son flanc droit ce qui ressemblait en tout point en une tête miniature fort comparable à celle de l'alien dont il avait mâché un morceau de chair. Cela ne dura que quelques minutes avant que la tête ne tombe, morte et flétrie, mais le scientifique pouvait sentir que quelque chose cherchait clairement à prendre possession de lui.

La Navette avait fini sa course tout à fait normalement, et ne semblait pas endommagée, arrêtée à temps par le répulseur prévu à cet effet en fin de voie. La rame contenait un homme en blouse blanche de laboratoire, mais son crâne était fracassé sur une parois et il n'avait pas l'air d'avoir survécu au choc, étendu au sol, sur le ventre. Une jolie femme gisait inconsciente ou morte un peu plus loin, une minijupe dévoilant ses superbes jambes affriolantes, et, légèrement remontée, ne cachait plus grand chose d'un sous-vêtement plus aguicheur encore. Ses cheveux blonds formaient une masse informe sur le sol, et elle portait elle aussi une blouse de laboratoire, immaculée. Hormis elle et l'homme mort, il n'y avait personne d'autre dans le petit et unique wagon que formait le moyen de transport.
Les deux individus avaient la bouche et le nez pris dans des masques à filtres. L'utilité en devint tout de suite claire lorsque la voix sensuelle bien que mécanique de la Navette retentit :
- Etat d'alerte déclaré. Veuillez confirmer le retour de la navette vers la section des laboratoires confidentiels en actionnant la touche verte. Risque d'épidémie virale de type inconnu, n'oubliez pas de mettre votre masque et vérifiez que la zone demandée est accessible. Rappel concernant le protocole d'urgence, ajouta la voix machinalement, mais toujours avec cette prononciation lubrique : en cas d'urgence de niveau A, en raison de vos responsabilités concernant le secteur expérimental, vous êtes autorisé à contacter sur ligne prioritaire le Poste de Contrôle afin qu'il prenne les décisions nécessaires. En cas d'urgence de niveau X, vous êtes autorisé à envoyer un message de prévention à l'ensemble du vaisseau à l'aide de l'interphone à gauche du tableau d'assistance. Attention : ne semez pas la panique et ne faites cela qu'en cas d'extrême nécessité, tout abus fera l'objet de sanctions graves.
Grésillement.
- La Compagnie Spatiale de la Fédération Sudiste vous souhaite une bonne journée ~



Shilderick ferma les yeux un instant, retrouvant peu à peu ses esprits: Fédération Sudiste.
- Mais qu'est-ce que je fous là...
Il monta dans la navette, toisa ses deux occupants. L'homme était mort, c'était certain. Un sourire en coin pointa sur le visage souffrant du jeune scientifique. Il n'aurait pas à le tuer lui-même, c'était parfait. Il déshabilla l'homme, enfilant ses vêtements et son masque. Le corps nu de sa victime portait des marques de contusions. Il se servit du bras de l'homme pour essuyer le sang sur la vitre, puis le porta pour le jeter sur les rails. Son propre corps avait opposé une grande résistance au passage de la navette, ce ne serait pas le cas de celui-ci... Shilderick eut un sourire mauvais. Il n'aimait pas trop abimer des corps gratuitement, mais celui-là ne valait rien. Après s'être assuré que le cadavre serait hors de portée des capteurs au redémarrage de la navette, il rejoignit la jeune femme à l'intérieur. Il la redressa délicatement, prenant son pouls, vérifiant de possibles fractures. Au moins elle n'était pas morte... Il enleva sa propre blouse pour la couvrir, l'allongea le plus confortablement possible. Il lui tapota les joues jusqu'à ce qu'elle reprenne de la couleur, commençant à se réveiller.

Des niveaux d'urgence, hein... Il soupira, agacé. Il n'en avait rien à faire, des niveaux d'urgence... Seulement ce n'était pas le moment de se faire avoir... Il avait mis le corps de l'homme sur la voie de façon à ce qu'il ne soit pas visible de la navette. La femme ne sortirait pas, il pouvait en mettre sa main à couper. Il saurait la convaincre de rester dans la navette, et savait exactement comment s'y prendre pour lui soutirer des informations. S'il y avait bien une chose qu'aucune femme n'avait jamais su reprocher à Shilderick, c'était ses manières câlines...

Il s'assit près de la jeune femme, après avoir fermé les portes de la navette et la tint contre lui. Les paupières de la blonde bougeaient déjà.


La blonde n'avait pas de blessures apparentes.
Elle s'éveilla doucement. Elle fut d'abord surprise d'être dans les bras d'un inconnu mais il était beau, ce qui atténuait la chose. Elle vérifia instinctivement que son masque était bien en place, puis s'adressa à Shilderick d'une voix éreintée.
- Qui êtes vous ? Où est Erius ? Sommes-nous en sécurité ?
Ses yeux allaient en tous sens mais elle semblait trop fatiguée pour bouger la tête de concert.



Shilderick dut se retenir de sourire pour ne pas affoler plus encore la jeune femme. A la place, il prit sa voix la plus douce et lui parla calmement, passant ses longs doigts sur les tempes de la jeune femme:
- Il n'y a que vous et moi ici, mademoiselle, allons reprenez-vous...
Il l'aida à se redresser, soutenant sa nuque d'une main:
- Quel jour sommes-nous mademoiselle? Vous vous en souvenez?
La blonde avait un air totalement perdu.
- Calmez-vous. Tentez de vous concentrer sur des choses évidentes. La signification des codes d'alarme par exemple, est-ce que vous arrivez à vous en rappeler?
Ses jambes étaient splendides... Absolument parfaites... Il la serra un peu plus contre lui:
- Tout va bien, mademoiselle, mais essayez de parler, vous devez faire fonctionner votre cerveau, le remettre du choc. La navette a eu un dysfonctionnement, et quand je suis arrivé pour vous aider, vous étiez seule. J'ai dû abattre une des choses que l'on garde ici, nous ferions mieux de rentrer nous mettre à l'abri. Tentez de reprendre vos esprits, demoiselle, dites-moi tout ce qui vous passe par la tête.
Il passa la main dans les cheveux de la jeune femme, délicatement. Il savait que placé comme il l'était, la blonde devait sentir son souffle sur son front. Elle fermait les yeux périodiquement. Shilderick sourit doucement. Ce genre de chose fonctionnait plus ou moins comme de la drogue. Prenez une femme ayant un besoin flagrant d'affection, offrez lui ce dont elle a besoin pendant un instant. Puis enlevez lui tout ce que vous venez de lui offrir. Il se leva soudainement, cessant tout contact avec la blonde, s'apprêtant sans toutefois le faire à appuyer sur le bouton vert du tableau de bord et chuchota d'une voix d'où pointait une légère inquiétude (feinte), noyée dans une grande douceur:
- Nous devrions rentrer, vous n'avez pas l'air bien...

Du coin de l’œil, il vérifia si le corps du dit Erius était visible de là où il était. Non, pas le moins du monde.


La blonde semblait vraiment paniquée. Elle sortit de sa poche une pilule hypervitaminée et la goba. Instantanément, elle eut l'air d'aller beaucoup mieux, physiquement du moins. Elle semblait en grand état de choc psychologique. Elle se leva lentement et alla se poster tout près de Shilderick. Elle semblait mourir d'envie de se réfugier dans ses bras, mais n'osait pas. Elle prit une mine inquiète.
- Je ne sais plus pourquoi je suis ici... Il ne faut pas aller aux laboratoires, il y a un problème. J'étais avec quelqu'un... Je ne me souviens plus... Était-ce vous ?
Elle plaqua une main sur son visage.
- Ma mémoire est confuse. Excusez-moi. Vous me demandiez les codes des niveaux d'alerte... Niveau A, c'est un problème majeur mais qui doit être contrôlé par le Poste de Contrôle... Niveau X, c'est un problème assez grave pour lancer l'alerte générale immédiate.
Elle avait parlé machinalement. Elle sembla soudain se reprendre, et décrocha un sourire séducteur au sublime savant fou, sourire masqué par le filtre mais qui se voyait par le plissement significatif des yeux.
- Je m'appelle Andrea.
Elle avait planté ses yeux verts dans ceux de Shilderick. Sa manoeuvre avait marché à la perfection, elle demandait d'avantage de présence. Et de sécurité. Et d'information. Et de repères. Et d'affection.



Shilderick sourit derrière son masque. Comment cela aurait-il pu ne pas fonctionner... Une technique longuement murie par des années d'expérience auprès de femmes plus frigides les unes que les autres... Il glissa son bras sur la hanche d'Andrea, retirant son propre masque de l'autre main. Il ôta le masque de la jeune femme:
- Que s'est-il passé au laboratoire, Andrea...?
- Les expériences humaines... Toutes les protections se sont brutalement arrêtées et ils ont pu sortir, sauf qu'ils sont très perturbés... Lord Erèbe, Zlatan, Rosarius et Mélélia... Tous, ils... Ils devenaient fous... Puis les choses sont arrivées et c'est devenu le chaos, nous nous étions réfugiés dans une petite salle... Nous avons tenté une sortie, je me suis retrouvée ici, dans la navette... Mais tout est si flou... Et tous, le sang, les cris...
Posant les deux masques hors de portée, il approcha son visage de celui de la scientifique. Comme le corps humain pouvait être fascinant... Il sentait la peau de la jeune femme frémir à son contact. Son souffle s’accélérer. Elle en mourait d'envie... Et pourtant ce qu'elle voulait se ferait désirer... Le plus longtemps possible.
- Je ne vous veux aucun mal...
Sa bouche se rapprochait inexorablement de celle de la jeune femme. Lentement, il déposa ses lèvres contre les siennes. Doucement il descendit dans son cou, mordilla la peau fraiche de son épaule dénudée. Il s'arrêta sur cette peau pâle et offerte et se redressa, faussement gêné. Il détourna le regard:
- Pardonnez-moi... Je ne sais pas ce qui m'a pris...
Ses yeux se posèrent sur la bouche d'Andrea. Elle tremblait de tous ses membres, son corps mince tendu à l'extrême vers lui. Partant de ses hanches en une longue caresse électrique, ses doigts remontèrent lentement, contournant soigneusement les seins de la jeune femme pour venir encadrer son visage. Joignant leurs fronts, il soupira. Il la serra délicatement dans ses bras, un sourire doux aux lèvres.
- Je ne veux surtout pas vous brusquer, vous êtes sous le choc... Veuillez m'excusez...
Les lèvres d'Andrea montèrent d'elles-même vers les siennes. Il se laissa embrasser longuement, tendrement.
- Faites-moi confiance...
- Oui...
Elle se plaqua contre lui.
- Protégez-moi... Il faut rétablir l'ordre... Comment allons-nous faire... Nous sommes sur Mars ! La mission a complètement échouée...
Elle commença à pleurer sur son torse.

Shilderick ne bougea plus pendant un long moment. Ses doigts se mirent à redessiner pensivement les contours du corps d'Andrea. Complètement ailleurs, le scientifique recréait mécaniquement des mouvements habituels, le visage totalement impassible. Tout aussi mécaniquement, sa bouche descendit dans le cou de la jeune femme, laissant là une délicate marque bleue. Un frisson traversa le corps de sa victime. Il avait toujours plus ou moins trouvé ce genre de jeux sans intérêt... Du moins aucune de ses partenaires féminines n'avaient su le rendre intéressant, et les hommes n'étaient pas mieux... Il soupira contre le cou d'Andrea qui dut prendre ce souffle pour du désir, puisqu'elle se serra un peu plus contre lui, glissant sa jambe fine entre les siennes. Shilderick haussa discrètement un sourcil. Mouais. Le paradoxe de toute cette situation, c'était que son corps avait besoin d'étreintes charnelles. C'était soit ça, soit répandre de la viande sur les murs... Il préférait définitivement la première solution. Enfin une certaine partie de son corps commençait à s'éveiller... Bon sang, jusqu'à quel degré de concentration devait-il parvenir pour en arriver là... Il n'y avait décidément qu'Alice pour arriver à l'émouvoir...

Quelques instants plus tard, la chose qu'il tenait dans ses bras n'était plus qu'un légume secoué par des spasmes orgasmiques... Toute retenue, toute peur avait disparu. Il s'installa plus confortablement, attendant qu'Andrea ne reprenne ses esprits. Il ferma les yeux, appréciant la chaleur qui se répandait dans son corps à travers celui de la jeune femme. Il soupira, rassasié. Respirant à pleins poumons le parfum de la scientifique, Shilderick réfléchissait. Il était grand temps que sa mémoire lui revienne... Pensif, il traçait du bout des doigts des sillons de sueur sur le corps de la blonde.

Oui. Il était plus que temps de mettre son génie à contribution...


Andrea reprenait son souffle peu à peu. Rougissant, elle renfila ses sous-vêtements, boutonna son chemisier et ajusta ses habits. Ils s'étaient vraiment laissés aller, comme-ça, sur le sol de la navette... Un peu gênée, elle se plaqua contre le scientifique et l'embrassa encore une fois, avec toujours une certaine fougue. Après un temps, il lui demanda de lui décrire l'Arche.
- Mais... Vous n'êtes pas d'ici ? Vous faites parti des renforts ? Vous avez perdu la mémoire ? Expliquez-moi, je me sens vraiment perdue... Et puis je ne connais pas le vaisseau par coeur, les scientifiques du secteur expérimental ont une section spéciale et plutôt secrète, aussi je ne connais véritablement qu'une toute petite partie du vaisseau. Je sais juste que nous somme au premier niveau, contenant toutes les machines, les réacteurs nécessaires au bon déroulement de la vie à l'intérieur et au fonctionnement correct de l'Arche.
Ses cils battirent plusieurs fois avec innocence et une moue de biche.



Shilderick mordilla la lèvre inférieure d'Andrea, déboutonnant d'un ou deux crans son chemisier pour déposer un baiser sur sa clavicule. Il haussa un sourcil. Elle ne lui était décidément pas très utile... Son esprit, à peine ému de ce qui venait de se passer, refit le tour de la situation: le couloir d'où il venait était un cul-de-sac. Seul moyen d'avancer: la navette. Il appuya sur le bouton vert, sans un regard à Andrea. Avant de remettre son masque, il tendit le sien à la blonde, l'embrassant fougueusement, bon seigneur.

Il sombra vite dans ses pensées. Il fallait qu'il se désinfecte avant de retrouver Alice. Son pauvre petit ange devait bien s'ennuyer sans lui... Il faillit se mettre à rire. S'ennuyer, pff. Non, c'était impossible...

Il serra Andrea contre lui alors que la navette commençait à bouger:
- J'ai eu un léger choc à la tête, je ne me souviens pas de tout... Ce que je sais, en revanche, c'est que je ne veux pas vous perdre...

Là il allait exploser de rire... Heureusement qu'il savait se retenir...
Il savait exactement ce qu'il allait faire ensuite, mais d'abord, il fallait attendre que la navette arrive à destination.


Sur ces entre-faits, la navette s'ébroua et partit à toute vitesse. Attentif, Shilderick perçu à peine un petit craquement lorsque le véhicule broya le pauvre Erius. La navette n'était plus bien loin du laboratoire lorsqu'elle écrasa négligemment deux aliens semblables à celui que Shilderick avait mâché. La Navette bifurqua légèrement sur le côté lorsqu'elle se gara, en silence.
- Bien... De toutes façons, déclara Andrea, même si je m'étais cachée du côté des geôles, c'est un cul-de-sac et j'aurais dû sortir... autant faire face, mais, avez-vous une idée ? Nous ne sommes même pas armés ! J'ai tout juste trois doses de tranquillisant, et ça ne marchera sans doute pas sur ces... Choses...
Le sas du laboratoire était bloqué, mi-clos, juste assez de place pour laisser passer un homme. Par l'ouverture, un pièce couvée d'une lumière bleue tamisée se laissait entrevoir, ravagée. Des ustensiles que Shilderick connaissaient bien étaient fracassés par terre, éprouvettes, scalpels, aiguilles, ordinateurs d'analyse et poches de produits chimiques ou organiques divers. Le sol était couvert d'éclats de verres, des appareils électriques faisaient tressauter ici et là une étincelle nerveuse. Un corps au visage défiguré et inidentifiable gisait entre les objets. Andrea frissonna et se cramponna au bras de Shilderick.
- Non ! Non ! Je ne veux pas y retourner...
Elle pleurait, elle était terrorisée.




"Donner au corps le privilège de l'esprit, c'est accepter d'être l'animal que l'homme a toujours rêvé d'être."

Shilderick Answald

Lola

*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang : Prêtresse du Serpent
Féminin Taureau Cochon
Souffles : 95
Condamné depuis le : 14/08/2012
Age : 24
Dimension : Multiples
Feuille de personnage : http://schwarzwald.guildjdr.com/t89-mars-shilderick-answald

Feuille de personnage
Santé physique:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue6/13- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (6/13)
État :: Normal
Santé mentale:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue6/11- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (6/11)
Micki
Micki
MessageSujet: Re: - Fatal Error System -   - Fatal Error System - EmptySam 16 Fév - 23:36

Shilderick câlina la blonde un long moment, réveillant certaines parties de son corps trop sensibles. Il lui sourit:

- Il n'y a pas de raison d'avoir peur, Andrea. Nous n'avons d'autres choix que de nous avancer dans ce laboratoire. Ce n'est plus une option à présent.

Il l'embrassa doucement. Elle se blottit à nouveau contre lui. Shilderick eut un léger haut-le-coeur, qu'Andrea ne remarqua pas. Bon dieu que c'était dur pour lui de se donner à une femme autre qu'Alice...


- Docteur Answald, j'ai terminé les prélèvements que vous m'avez demandés!

La jolie brune souriait gentiment, une pile de dossier sous le bras, un plateau chargé de flacons dans l'autre. Shilderick lui rendit son sourire. Elle était adorable...

- Merci, Alice. Posez ça ici, je vous prie. Voulez-vous faire une pause?

- Oh, non, merci, avait répondu la brune en secouant ses jolies mèches.

Ses beaux yeux verts sombre avaient longuement observé les gestes précis et méthodiques du docteur, et elle finit par lui prendre les mains, l'empêchant de continuer ce qu'il était en train de faire, à savoir disséquer un bras humain.

- Vous êtes celui qui devrait faire une pause, Docteur... Vous semblez épuisé... Je peux finir tout ça pour vous, mmh? Pendant ce temps, vous vous reposeriez dans votre fauteuil. Qu'en dites-vous?

Shilderick passa une main lasse sur sa nuque. Il se sentait en effet las... Cependant, Alice ne devait pas se surmener, ce ne serait pas bon pour sa santé... Les yeux étranges du scientifique se vrillèrent sur ceux de la jeune femme et ses longs doigts vinrent s'enrouler autour du menton délicat de son assistante:

- Je pense avoir une meilleure idée.

Sa voix, douce et murmurante, fit rougir la jeune femme. Cette dernière savait parfaitement ce que le scientifique allait lui dire. Alors sans un mot, elle enleva ses vêtements, un par un, lentement, et elle s'allongea sur la table d'examen, gênée, rougissante, mais curieusement heureuse. Elle aimait tellement ces instants si spéciaux où elle était à la merci de toutes les envies de son supérieur... Ces instants où il pouvait faire ce qu'il voulait d'elle mais où il ne s'autorisait rien. Le jeune homme s'approcha d'elle. Ses longs doigts passèrent sur son corps blanc, de son cou offert à ses jambes entre-ouvertes, de ses paupières papillonnantes à ses pieds frais. Le souffle d'Alice s’accélérait. Elle commença à s'agiter sous les mains expertes de Shilderick, qui la rappela à l'ordre d'un claquement de langue sec:

- Du calme.

- Docteur Answald... Je vous en prie...

Plaisir, désir, attente, frustration. Alice ne savait plus où donner de la tête dans tout ça... Et soudain les caresses cessèrent. Les doigts fins du scientifique venaient de trouver quelque chose qui leur déplaisait très fortement. Un hématome. Gros comme le poing, il barrait le dessous d'une cuisse de la jeune femme. Un grincement de mécontentement troubla le silence soudain du laboratoire. La petite brune essaya de s'expliquer:

- L-les escaliers étaient glissants! Et j'av-j'avais tant de choses dans les bras! J'ai simplement raté une marche, rien de plus!

Sa voix devint larmoyante:

- Je vous en supplie, Docteur! Ne vous mettez pas en colère...

Shilderick jeta à son assistante un regard de dégoût. Il se détourna d'elle, marcha vers l'évier:

- Comment s'appelle-t-il, votre escalier?

La brune éclata en sanglots. Elle s'assit, recroquevillée sur elle-même, à la fois honteuse et terrorisée par le calme soudain de Shilderick:

- J-je ne sais pas, on ne s'est vu qu'une nuit, j'en avais tellement besoin... Pitié ne me faites pas de mal...

Le jeune homme ramena ses cheveux en arrière et se tourna vers Alice. Elle tremblait comme une feuille.

- Besoin? Besoin de quoi...?!

- Vous ne me faites jamais rien, même si vous savez que j'en meure d'envie! Vous n'êtes peut-être pas intéressé mais moi j'en rêve toutes les nuits!! Je... Docteur... J'aimerai tant...

Le gant en latex claqua contre le poignet de Shilderick.

- Non... Non je vous prie...

Il força Alice à se rallonger.

- Pas ça, je vous en supplie!!

Le scalpel, précis, incisa la peau abimée sans hésitation. Il suffisait d'une main à Shilderick pour maintenir Alice sur la table d'examen. La brune hurlait, les poings crispés, mais elle ne se débattait pas...

Shilderick finissait de nettoyer le sang qui avait coulé sur le sol quand Alice parvint à se lever enfin du canapé où il l'avait installé. Le haut de sa cuisse était bandé de blanc, et elle affichait un air penaud. Le scientifique lui lança un coup d’œil rapide. Elle avait fait une erreur. Elle le savait. Franchement agacé, il nettoya ses instruments. Son cerveau fonctionnait à toute vitesse. C'était déjà la quatrième fois qu'elle lui faisait le coup. Elle se faisait raccompagner par un homme quelconque et passait la nuit avec lui. Ce qu'il avait au départ classé comme un signe de rébellion n'en était de toute évidence pas un. Il observa le corps nu de la jeune femme. Elle était belle... Dieu qu'elle était belle... Son corps tout en courbes voluptueuses, ses seins pâles, ses cuisses douces, ses lèvres vermeil, son petit nez à peine retroussé, ses yeux vert sombre... Tout en elle happait le regard. Shilderick n'échappait pas à la règle, seulement il n'avait pas envie. Tout simplement. Quant le tenaillement de la luxure le prenait au ventre, il appelait une prostituée, et c'était tout. Mais Alice n'était pas une prostituée. Elle était à la fois bien moins et tellement plus... Elle était parfaite, mais si naïve! Elle s'approcha de lui, boitant légèrement. Le scientifique haussa un sourcil:

- Vous avez mal?

- U-un peu, oui. Mais c'est de ma faute, j'ai fait une bêtise. C'est ma punition, voilà tout...

Elle franchit difficilement les deux mètres qui la séparaient encore du docteur. Timidement, elle posa une main sur son torse, puis une deuxième. Les joues rougies, elle vint se blottir contre lui. Un spasme affolé secoua Shilderick. Il essayait d'éviter ce qui allait se produire depuis longtemps. Seulement voilà, cette fois Alice était allée bien trop loin. Il la prit dans ses bras, la portant précautionneusement sur le canapé. Il s'installa au-dessus d'elle, prenant une grande inspiration alors que les lèvres de la jeune femme venaient doucement effleurer les siennes. Ne pas perdre le contrôle. Ne pas lui faire de mal. Il caressa la joue de son assistante:

- Je vais m'occuper de vous cette fois, Alice. Et vous n'irez plus jamais ailleurs.

Un sourire interrompu par un gémissement satisfait lui répondit. Shilderick était étonné de la sensation qui se répandait dans son corps. Pour la première fois, il n'avait pas à "créer" l'excitation. Elle s'était imposée à lui. Il sourit, se laissant envahir par les effluves sucrées montant du corps d'Alice, par la vision de son corps délicieux, par le son de ses murmures gorgés de plaisir, par le goût de ses lèvres, par la texture de sa peau. Jamais il ne pourrait trouver compagne plus parfaite que celle qui ondulait entre ses doigts...


Shilderick se secoua. Il lâcha Andrea, tendant le bras vers elle au cas où elle voudrait prendre sa main et déclencha le niveau d'alerte A. Il appela le poste de contrôle sans aucune appréhension. Andrea pourrait l'aider à répondre. Juste avant d'appuyer sur le bouton, il la prévint:

- Si vous voulez que nous restons ensemble, mieux vaut faire comme si j'étais Erius. Je ne parlerai pas, vous allez vous en charger. Expliquer la situation, en omettant toute trace de ma présence. Dites que vous avez trouvés des cadavres d'extra-terrestre, et racontez autant que possible ce qui s'est passé.

Il l'embrassa, glissant sa main entre ses cuisses:

- Soyez claire, concise, et exhaustive. Et faites vite, je ne pourrais pas me retenir longtemps de vous jeter à terre pour vous faire l'amour à nouveau...

Une pensée s'imposa dans son esprit et elle devint reine de toutes les autres: "Pardonne-moi Alice. J'arrive aussi vite que possible."


"Donner au corps le privilège de l'esprit, c'est accepter d'être l'animal que l'homme a toujours rêvé d'être."

Shilderick Answald

Lola

*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue666/999- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue777/888- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (777/888)
Lord Érèbe
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: - Fatal Error System -   - Fatal Error System - EmptyDim 17 Fév - 14:54



~




Andrea rougit de nouveau, perturbée par la main et la parole audacieuse de Shilderick. Presque fiévreuse, encore effervescente de plaisir et tendue par la perspective de brûler plus encore, elle parla langoureusement dans l'interphone en batifolant des paupières. Complètement décalée. Puis, très vite, se reprit, devint sérieuse, comme si la réalité l'assaillait de nouveau. Se pliant aux ordres de Shilderick, elle se fit la plus pratique possible.
- Ici Andrea Klein, secteur du laboratoire expérimental confidentiel. Le "Lord Erèbe", de manière inexplicable, est parvenu à s'échapper. Il a dévasté le laboratoire, libérant les autres prototypes. La plupart des scientifiques ont été massacrés. Ensuite, je ne sais si cela a quelque chose avoir, mais des êtres apparemment extra-terrestres de nature agressive hantent le niveau 1 de l'Arche. Ils sont petits, brutaux, ont l'air stupides mais ils sont physiquement redoutables. Cette espèce humanoïde inconnue est une découverte sans précédent pour l'humanité, nous ne sommes pas seuls. Il faut faire quelque chose. Nous avons besoin d'informations et d'instructions. N'avons aucune info sur le virus, symptômes à signaler ? Que faisons-nous ? Où en est la défense du vaisseau ?
Andrea reprit son souffle.
Aucune réponse. Silence de mort. Puis, une voix.
- Entendu, Andrea Klein, merci de nous avertir. Ne vous inquiétez pas. Il n'y a pas de virus. La seule menace est de nature extra-terrestre, que nous avons confondue avec un virus. La défense du vaisseau est parfaitement organisée et la menace est en train d'être repoussée. Le Lord Erèbe sera bientôt neutralisé ainsi que les autres prototypes. Une équipe ne tardera pas à venir vous assister au niveau inférieur. En attendant, placez-vous en sécurité, faites votre possible pour vous cacher et protéger les autres scientifiques. Nous aurons besoin de vous pour analyser cette incroyable espèce.
Grésillement, appel terminé.
- Tu entends ? Nous allons êtres sauvés. Reste avec moi... Je n'ai même pas ton nom...
Andrea murmurait contre le torse du savant.
- Emporte-moi encore..



Image de fond par H.R. Giger


Son verdict est toujours coupable, sa sentence est toujours la mort.
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang : Prêtresse du Serpent
Féminin Taureau Cochon
Souffles : 95
Condamné depuis le : 14/08/2012
Age : 24
Dimension : Multiples
Feuille de personnage : http://schwarzwald.guildjdr.com/t89-mars-shilderick-answald

Feuille de personnage
Santé physique:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue6/13- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (6/13)
État :: Normal
Santé mentale:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue6/11- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (6/11)
Micki
Micki
MessageSujet: Re: - Fatal Error System -   - Fatal Error System - EmptyDim 17 Mar - 10:45

[HRP: désolée de l'attente, j'ai pas reçu de mail comme quoi tu m'avais répondu... -_- ]

Un sourire malsain dévoila les dents blanches du scientifique:

- Mon nom? Mais en as-tu seulement besoin?

Il vint murmurer à son oreille:

- A moins que tu ne cherches un peu de matière à tes gémissements futurs, bien entendu...

Il la plaqua contre la paroi glacée:

- Shilderick. Mon nom est Shilderick.

...

Shilderick se releva, réajustant ses vêtements, sans un regard pour Andrea, recroquevillée sur le sol, gémissante et secouée de spasmes violents. Il avait ce qu'il voulait, et c'était tout ce qui importait. Pas de virus, donc... Pourtant cette chose en lui agissait sur le même mode opératoire... Il s'approcha doucement de la porte entrouverte. Le laboratoire était sans dessus-dessous... Sans se demander plus avant ce qui avait pu se passer, il alla chercher Andrea, la remit sur pied avec sa fluidité habituelle et expliqua:

- Il est hors de question que nous restions ici à ne rien faire. Il faut avancer.

Se retournant vers l'ouverture, il ajouta:

- D'ailleurs, j'y pense, avez-vous trouvé une jeune femme ces derniers temps? Elle ressemblerait à une poupée de porcelaine à taille humaine, avec de longs cheveux sombres.

Il prit un air détaché et feignit l'agacement:

- Il s'agit d'une propriété personnelle. Des années de travail de reconstitution...

Un regard à Andrea, puis un clin d’œil:

- Allons-y, voulez-vous?

Et il entra dans le laboratoire, prêt à esquiver au moindre signe de danger, voire à se servir d'Andrea comme d'un bouclier.

"Si au moins elle pouvait servir à ça..."


"Donner au corps le privilège de l'esprit, c'est accepter d'être l'animal que l'homme a toujours rêvé d'être."

Shilderick Answald

Lola

*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue666/999- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue777/888- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (777/888)
Lord Érèbe
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: - Fatal Error System -   - Fatal Error System - EmptyLun 18 Mar - 10:13


~




Andréa adopta un air trouble lorsque son nouvel amant lui parla d'une jeune femme qu'il qualifiait de "propriété personnelle". Qu'entendait-il par "des années de reconstitution" ? Toujours plus déboussolée, elle opta pour une option que tout être humain possédait au fond de son esprit, lorsqu'une situation débordait complètement l'individu : se laisser porter totalement par le cours des choses. Se murant dans un silence appréhensif, elle suivit son étalon dans l'antre diabolique. Chaque ombre lui semblait receler des démons ricanants.
Le savant, plus pragmatique, constata néanmoins la vétusté du lieu. Il avait suffit de si peu de temps pour détruire une installation scientifique aussi complexe... Les machines elles-mêmes semblaient protester, produisant une lumière aléatoire d'étincelles et de flashs, halos mourants dans le sang, lanternes ultra-modernes pour les morts qui demeuraient immobile au sein de la mare d'hémoglobine. S'évertuait-elle à remplir le rôle du Styx ?
Il y avait vraiment, vraiment du sang partout.
Le premier cadavre, déchiqueté, qui figurait à l'entrée perdit de son horreur lorsque d'autres corps, presque non-identifiables, se révélèrent à l'éclairage instable.
Andréa se courba sur elle-même pour vomir abondement sur le sol lisse, jadis blanc, joignant sa bile au cocktail écoeurant qui le parsemait.
De vagues réminiscences donnèrent à Shilderick une idée relative de l'agencement des lieux ; l'unique sortie était un ascenseur menant à l'étage supérieur. S'il ne se méprenait pas, cela devait se trouver trois pièces plus loin en prenant du côté ouest. La porte, défoncée, était visible au-delà des monceaux de chairs, d'ustensiles épars et de bureaux renversés.
Shilderick avisa l'ensemble des données en tripotant machinalement son flanc, d'où pointait une bosse difforme et bleuâtre, qui n'était pas là il y a deux minutes.




Image de fond par H.R. Giger


Son verdict est toujours coupable, sa sentence est toujours la mort.
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang : Prêtresse du Serpent
Féminin Taureau Cochon
Souffles : 95
Condamné depuis le : 14/08/2012
Age : 24
Dimension : Multiples
Feuille de personnage : http://schwarzwald.guildjdr.com/t89-mars-shilderick-answald

Feuille de personnage
Santé physique:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue6/13- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (6/13)
État :: Normal
Santé mentale:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue6/11- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (6/11)
Micki
Micki
MessageSujet: Re: - Fatal Error System -   - Fatal Error System - EmptyLun 18 Mar - 21:15

Shilderick fit une moue perplexe. Il observait le foutoir autour de lui, calmement, en tapotant sur sa hanche. Il lui fallu plusieurs minutes pour se rendre compte que quelque chose clochait... Il porta un regard critique à la bosse sur sa peau.

- Qu'est-ce que c'est que ça...

Il tâta l'hématome un moment, hésitant. Andrea lui vomit pratiquement sur les pieds. Il lui lança un regard, méprisant tout d'abord, puis lorsqu'elle leva les yeux vers lui, doux et rassurant. Il essuya du bout des doigts la bouche de la jeune femme, câlinant doucement ses joues blafardes. Pauvre petite, elle ne savait vraiment pas dans quoi elle s'était embarquée. Il était étrange qu'une scientifique soit aussi émue à la vue du sang et des cadavres... Peut-être que cela venait du traumatisme qu'elle avait subi. Il faillit rire... Décidément il n'avait plus l'habitude de penser comme un humain... Évidemment que cela venait du traumatisme! Un souvenir afflua aux confins de sa mémoire...

Alice haletait, remettant difficilement sa blouse. Son corps, maculé de sang, était magnifique... Elle bégailla:

- D-docteur A-answald... Nous... Nous... Je veux dire... Nous n'aurions pas dû...

Shilderick sourit sagement, affalé sur un tas de cadavre:

- Mmh. Ce n'était pas très propre, je te l'accorde.

Il se leva brusquement, attira la petite brune contre lui, plus délicatement que si elle avait été faite de cristal:

- Et pourtant je suis persuadé que tu as a-do-ré ça.
- J-je..., commença la jeune femme en rougissant. Oui, je...
- Ça tombe bien, frémit le scientifique. Je commence à y prendre goût.

Il agrémenta sa phrase d'un petit rire amusé, glissant ses mains sur le haut des cuisses de son assistante, relevant sa blouse qui il y avait encore quelques heures, avait été d'un blanc parfait. La brune frissonna, de peur autant que de désir, levant un sourcil inquiet:

- Docteur... Je ne suis pas sûre de vouloir...

Shilderick la coupa d'un claquement de langue, l'allongeant sur le carrelage, en plein milieu d'une flaque de sang:

- Non, Alice, tu n'y es pas...

Il lécha abondamment le cou de la jeune femme, qui eu un léger spasme, à mi-chemin entre l'effroi et le plaisir.

- Plus je te salis maintenant... Mieux je te nettoierai ensuite..., murmura-t-il de sa voix suave.


Moui... Même Alice n'avait pas peur de se salir. Les cadavres ne l'effrayaient pas, pas plus que le sang, et encore heureux. Pour travailler avec lui, mieux valait ne pas avoir peur des fluides corporels de toutes sortes. Il se remémora avec amusement comment avait fini cette soirée dans la morgue. Le corps trempé d'Alice sous la douche, se pressant contre lui par manque de place, ses presque inaudibles gémissements de bien-être alors qu'il lui lavait les cheveux... A bien y réfléchir, il n'avait pas beaucoup de souvenir aussi précieux que celui-là...

Il tenait Andrea par la main, enjambant les cadavres, pataugeant allègrement dans le sang. Il vit enfin ce qu'il voulait. Un scalpel, à peu près propre, et bien aiguisé. Il le faucha d'une main, évalua l'état de la lame. Bah, de toute manière, il était insensible aux infections, son sang avait pratiquement la composition de l'eau de javel... Il sourit à cette pensée: l'absence d'Alice le rendait décidément bien théâtral... Sans aucun état d'âme, il incisa précautionneusement la bosse sur son flanc. Ah... Que l'absence de douleur était pratique.


"Donner au corps le privilège de l'esprit, c'est accepter d'être l'animal que l'homme a toujours rêvé d'être."

Shilderick Answald

Lola

*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue666/999- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue777/888- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (777/888)
Lord Érèbe
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: - Fatal Error System -   - Fatal Error System - EmptyMar 26 Mar - 15:34


...



L'étrange bosse ne résista pas, et la peau se referma vivement d'elle-même pour retrouver son apparence habituelle, ne laissant presque pas échapper de sang. Shilderick n'éprouva rien qu'un infime chatouillement. Andréa l'avait suivit sagement, s'accrochant à sa main comme à un précieux fil d'Ariane, et le regardait maintenant avec des yeux où les chocs successifs avaient creusés un profond trou dans sa raison. Eberluée, elle fixait le scalpel du scientifique, ne revenant pas de ce qu'elle venait de voir, une goutte de bile se dandinant encore à son menton.
- Mais que faites-vous...
Elle chût brutalement, les jambes fauchées par une bête semblable à un serpent. La créature luisait dans la semi-obscurité. Son dos était couvert d'arrêtes, comme si son squelette était externe, et sa gueule ovoïde croisait les attributs d'une vipère et d'une sangsue. Longue de plus de deux mètres et aussi épaisse qu'un poignet humain, elle ondulait avec grâce et lenteur feinte, pleine de puissance et de vivacité contenue. Pernicieuse, elle roulait ses anneaux translucides aux reflets métalliques le long des jambes lisses, soigneusement épilées, de la jeune femme. Un fin filet de sperme en coulait encore, sur une couche de sueur, que la créature arpenta négligemment pour enfouir sa tête sous la jupe d'Andréa, qui se mit à hurler convulsivement. Affalée sur le ventre, elle tapait des poings sur le sol assez fort pour qu'un craquement retentisse ; des éclats de verres se fichèrent dans ses mains en faisant gicler sang et cris.
Mêlant vitesse et attrait subjuguant, la créature devança toute action de la part de Shilderick, probablement aussi fasciné par l'exotisme de l'être et la teneur mi-érotique mi-horrifique de la scène.




Image de fond par H.R. Giger


Son verdict est toujours coupable, sa sentence est toujours la mort.
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang : Prêtresse du Serpent
Féminin Taureau Cochon
Souffles : 95
Condamné depuis le : 14/08/2012
Age : 24
Dimension : Multiples
Feuille de personnage : http://schwarzwald.guildjdr.com/t89-mars-shilderick-answald

Feuille de personnage
Santé physique:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue6/13- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (6/13)
État :: Normal
Santé mentale:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue6/11- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (6/11)
Micki
Micki
MessageSujet: Re: - Fatal Error System -   - Fatal Error System - EmptyMer 27 Mar - 21:26

L'eau glissait doucement sur le corps d'Alice, redessinant adorablement les courbes délicates de son corps blanc, emportant le sang et la sueur... Shilderick s'enfonça dans son oreiller, perdu dans une contemplation sans failles... Il était ravi d'avoir installé cette vitre entre sa chambre et la salle de bain, c'était réellement une idée exquise... La petite tête brune d'Alice se tourna de gauche à droite, de droite à gauche, avant de se retourner vers lui avec un regard interrogateur. Tout sourire, il tendit vers la vitre le savon rosé de la jeune femme. Elle eut un rire gêné, mais réussit à s'extraire de la chaleur du jet d'eau pour venir chercher le précieux objet. Ses petits pieds laissaient des traces humides sur le sol. Elle s'arrêta devant lui, les joues roses, et demanda:

- Est-ce que je peux l'avoir?

Shilderick écarta la couverture pour inviter la petite brune à s'allonger contre lui, ce qu'elle fit sans attendre, frigorifiée. Il murmura:

- J'ai pratiquement fini les tests. Bientôt je pourrai commencer à appliquer le fruit de mes recherches sur toi.

- Je... Je serai vraiment immortelle?

Shilderick sourit, câlinant les cheveux humides de la jeune fille:

- En quelque sorte, oui. Tu mourras, un jour où l'autre, mais tu ne vieilliras pas.

- D-D'accord, chuchota-t-elle en se blottissant contre lui. Et combien de temps durera ma léthargie?

- Ne t'en fais pas pour ça. Dès que j'aurai terminé, je te réveillerai.

Elle sembla soulagée, et d'une voix qui devenait presque un souffle, elle ajouta en rougissant:

- Je vous aime Docteur...

Shilderick émit un petit son amusé et l'embrassa sur le sommet du crâne, avant de la laisser retourner sous la douche. Il se perdit dans ses pensées... Il espérait franchement rassembler vite les matériaux nécessaires, pour qu'Alice ne soit pas loin de lui trop longtemps... Il y aurait de quoi en devenir fou...


Les hurlements d'Andrea le sortirent de sa rêverie. Fallait-il toujours qu'on le dérange pour un rien?! Shilderick observa un instant la créature sans réagir. Un sursaut le fit prendre compte de la situation: les jambes d'Andrea! Si il ne faisait pas vite quelque chose, tous ces efforts n'auraient servi à rien! Le scalpel ne lui serait pas d'un grand secours, du moins pour le moment. Avisant une paire de gants en latex, il les enfila avec sa rapidité habituelle, puis se rua sur un câble qui trainait au sol. Bien sûr le courant allait aussi affecterait Andrea, mais le corps humain étant un mauvais conducteur, elle avait de fortes chances de s'en sortir. Et quand bien même, il ne serait pas ému si elle devait en mourir... Qui sait, pensa-t-il avec un semblant de sourire, peut-être qu'une petite électrisation lui remettra les idées en place...?
C'est sur cette pensée qu'il appliqua l'extrémité du câble, serpent noir courant entre ses doigts, sur la créature, tenant fermement le câble à nu sur la peau de la chose, la ceinturant à deux mains...

[HRP: aucune idée de si je dois lancer des dés ici...]


"Donner au corps le privilège de l'esprit, c'est accepter d'être l'animal que l'homme a toujours rêvé d'être."

Shilderick Answald

Lola

*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue666/999- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue777/888- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (777/888)
Lord Érèbe
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: - Fatal Error System -   - Fatal Error System - EmptyDim 7 Avr - 14:49


...




Rapide et efficace, Shilderick appliqua le câble sur la créature. Elle eut un sursaut violent, et son corps visqueux glissa entre les mains du scientifique pour aller s'enfoncer sous la jupe d'Andréa, de toute évidence dans Andréa, qui s'évanouit avec le choc électrique. Elle revint presque immédiatement à elle, hurla de plus belle tout en s'agitant avec des spasmes brutaux, elle souffrait atrocement et pourtant la friction du monstre en elle semblait lui procurer un plaisir pervers. Shilderick ne parvint pas à agripper la chose, qui pénétra entièrement dans Andréa en agitant la queue, faisant gicler du sang sur ses jolies jambes. Andréa jeta un regard inquiet à Shilderick, puis ses yeux se révulsèrent alors que sa bouche vomissait du sang noirâtre et elle s'affala mollement sur les éclats de verres. Le scientifique aurait juré voir le ventre de la victime bouger. Malgré son état pitoyable, elle ne semblait pas morte, son pouls battait toujours, rejoint par un second, parasitaire.

HRP : dans ces cas-là je lance les dés pour toi.



Image de fond par H.R. Giger


Son verdict est toujours coupable, sa sentence est toujours la mort.
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang : Prêtresse du Serpent
Féminin Taureau Cochon
Souffles : 95
Condamné depuis le : 14/08/2012
Age : 24
Dimension : Multiples
Feuille de personnage : http://schwarzwald.guildjdr.com/t89-mars-shilderick-answald

Feuille de personnage
Santé physique:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue6/13- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (6/13)
État :: Normal
Santé mentale:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue6/11- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (6/11)
Micki
Micki
MessageSujet: Re: - Fatal Error System -   - Fatal Error System - EmptyDim 7 Avr - 15:46

Une moue désabusée s'imprima sur le visage de Shilderick. Bien, il aurait certainement réagi de la même façon que cette bestiole mais tout de même quel manque de dignité... Le corps d'Andrea, qui désormais ne lui appartenait plus vraiment, convulsait faiblement. Il souleva un sourcil. Bien. Elle ne lui était plus d'aucune utilité à présent. Les yeux de Shilderick tombèrent sur les jambes de la jeune femme. C'était exactement ce dont il avait besoin. Pour un peu il en aurait levé les bras au ciel. Rapidement, il débarrassa les bureaux, à la recherche de n'importe quel outil qui lui serait utile. Sa main tomba par un heureux hasard sur une scie chirurgicale d'envergure moyenne. Son jouet favori...
La batterie semblait avoir de la marge. Prenant bien garde à ne pas presser sur le ventre de la blonde, il plaqua sa hanche et sa cuisse contre le sol, avant d'entamer son "opération". La scie trancha la chair comme si elle avait été du beurre, et Shilderick n'eut pas vraiment de mal à maintenir Andrea, dont le ventre ondulait bizarrement. Il trouva sans peine la jonction de la hanche, la déboita d'un coup sec, et s'attaqua à la deuxième jambe. La batterie s'essouffla alors qu'il terminait son premier tour. Un juron lui vint aux lèvres alors qu'il se postait debout, les mains serrées sur le genou et le pied calé sur la hanche de la jeune femme. Il tira brutalement et l'os se déboita avec un craquement. Il attrapa la deuxième jambe, se servit du câble pour brûler les chairs et cautériser grossièrement la blessure. Il cala les membres sous son bras, sans un regard pour Andrea, et attrapa une scie à os qui trainait par terre. Plus barbare que les scies électriques, mais s'était mieux que rien. Il enroula rapidement les jambes dans une bâche blanche et accrocha cette dernière dans son dos. Après s'être assuré qu'il ne perdrait pas son précieux chargement au moindre mouvement, il enjamba bureaux et débris et atteignit la porte.


"Donner au corps le privilège de l'esprit, c'est accepter d'être l'animal que l'homme a toujours rêvé d'être."

Shilderick Answald

Lola

*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue666/999- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
- Fatal Error System - Left_bar_bleue777/888- Fatal Error System - Empty_bar_bleue  (777/888)
Lord Érèbe
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: - Fatal Error System -   - Fatal Error System - EmptyVen 12 Avr - 12:16


...




Lorsqu'il avait commencé à pénétrer la chair, Andréa était sorti du coma et avait hurlé quelques instants, mais il était déjà trop tard, et très vite tomba raide morte, le coeur malmené par trop de souffrance, de stress, ou de mouvement inopportuns occasionnés par un hôte. Ses cordes vocales étaient probablement aussi charcutées qu'elle-même.
Un tantinet barbouillé de sang et les mains encore un peu vibrantes des soubresauts de la scie, Shilderick s'en alla gaiement vers son avenir.
De l'autre côté de la porte se présentèrent ce qui ressemblait à une séries d'appartements privés, destinés au personnel scientifique et médical. Comme dans un internat, les chambres se succédaient le long d'un vaste couloir, la plupart n'avaient plus de porte digne de ce nom et laissaient entrevoir un chaos semblable à celui que Shilderick venait de quitter. Il retrouva le silence significatif de la solitude. Comme une saveur dont la langue matinale et vierge apprécie pleinement la teneur, quelle qu'elle soit. Hélas, toutes les bonnes choses ont une fin précipitée.
- VIENS.
Appel sourd. Puissant. Séduisant.
Il résonnait directement à l'intérieur de son crâne et Shilderick fut pris de courts flash dans lesquels une femme floue, lascive, l'hypnotisait de son regard. Tout était confus et fut vite remplacé par des souvenirs d'Alice, son obsession.
Le sang s'écoulant des jambes fraîchement récupérées avait un parfum salvateur. Bientôt, il retrouverait sa poupée. Bientôt.
Une sorte d'instinct lui ordonnait d'aller quelque part, mais il ne pouvait savoir où, ni comment, et n'était pas forcément enclin à se laisser dominer par cette pulsion.
Au bout gauche du couloir, une porte branlant sur ses gonds avec inscrit " Réfectoire", presque close elle ne laissait toutefois pas entrevoir l'état de son contenu.
Tout au bout à droite du couloir, une porte en acier blindé, protégée par un digicode, était nonchalamment ouverte et se présentait comme une béance d'où ne pointait rien qu'une profonde obscurité.
Enfin, face à lui, Shilderick pouvait contempler la fabuleuse fragilité de tout ce que peut construire l'humain, incarnée par les appartements ravagés.




Image de fond par H.R. Giger


Son verdict est toujours coupable, sa sentence est toujours la mort.
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: - Fatal Error System -   - Fatal Error System - Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

- Fatal Error System -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fatal 4 Way - 20 juin 2010 (Résultats)
» hero system
» Fatal Four Way : MVP VS CM Punk VS Edge VS Kane
» Tango fatal.
» ELECTION OU PAS ? POURQUI ET POURQUOI ?LE DERNIER MOT DE TATI SAM !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Schwarzwald Forum RPG :: Réalités Parallèles :: Mars Project-