Schwarzwald Forum RPG
CE FORUM RPG EST INTERDIT AUX MOINS DE 18 ANS.
Une certaine maturité est nécessaire pour appréhender les thèmes traités avec assez de recul.
De plus, certains propos fictifs ont une nature violente ou érotique.
Toutes les choses décrites demeurent du domaine de la fiction et n'engagent en aucun cas les opinions des auteurs.
Âmes sensibles s'abstenir.

Maintenant que vous êtes prévenu, si vous décidez quand même de lire ce forum, cela n'engage que vous et nous déclinons toute responsabilité concernant un heurt potentiel de votre sensibilité.


« Les crucifiés chantent et leur choeur me met en joie ; regardez tous ces rouages mû par une seule volonté, un seul but. Ne plus souffrir. Et pourtant, si leurs voix se cassaient, ils seraient exemptés.»
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
...Invité, your mind is lost.
Loading...
Loading...
Loading...

Partagez | 
 

 Allons botter les fesses à ces sales monstres!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
666/999  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
777/888  (777/888)
avatar
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Jeu 30 Aoû - 15:27

[Il n'y a que le Manoir qui est ceint d'un rempart, le reste du centre-ville est accessible normalement. ]

Dans sa progression, Ellisande voyait clairement qu'elle entrait dans le centre-ville, mais aucun soldat en vue. Les bars, tabacs, restaurants et autres boutiques se multipliaient, pour la plupart vidés de leur contenant utile et plus ou moins fermés. Aucun signe de vie. La Cité possédait désormais cela d'étrange qu'elle semblait ou bondée de monstres ou déserte, dans un lunatisme imprévisible et effrayant. C'est alors qu'une silhouette apparaît, sortant d'une rue en courant, et s'effondrant sur le bitume, comme détruit d'épuisement. D'après sa stature, c'est un homme. Mais il est dans une sorte d'habit bordeaux très sombre et noir, qui lui enveloppe le corps et masque le haut de son visage. Il est à terre et bouge à peine, sa voix grinçante et très faible interpelle la jeune femme :
- Il faut... Il faut que quelqu'un d'autre sache... Hôpital... Ecoute-moi, s'il te plaît...


Son verdict est toujours coupable, sa sentence est toujours la mort.
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Novice
Rang : Survivante
Féminin Sagittaire Cochon
Souffles : 69
Condamné depuis le : 19/08/2012
Age : 23
Localisation : Un endroit merveilleux... SVVCQJVD

Feuille de personnage
Santé physique:
12/12  (12/12)
État :: Normal
Santé mentale:
8/12  (8/12)
avatar
Oona
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Jeu 30 Aoû - 19:00

Ellisande était surprise d'avoir réussi à entrer si facilement dans le Centre. Mais elle n'était pas très rassurée. Si elle avait pu passer comme ça, des monstres auraient très bien pu en faire de même. Mais la jeune femme décida de penser à autre chose en gardant néanmoins son couteau de combat bien en main. En passant devant les magasins, les restaurants et autres boutiques, les souvenirs affluaient... Ce pub où elle devait souvent aller chercher son père, attablé avec d'autres collègues... Cette fontaine où sa mère l'emmenait boire... Ce glacier où son père lui avait acheté sa première glace... Et dernière. Ellisande se secoua. Décidément, cette invasion lui faisait repenser à d'anciens souvenirs qui étaient tour à tour douloureux ou réconfortants. La jeune femme déambula donc silencieusement dans le silence sinistre de ce côté du Centre habituellement si bruyant. Ça lui faisait un choc et elle avait l'impression désagréable d'être seule au monde.
Au moment même où elle y songeait, un homme courut vers elle. Ellisande se mit aussitôt en garde. Mais l'homme s'écroula à quelques pas, comme mort d'épuisement. Aussitôt Ellisande rangea son couteau et l'entendit marmonner d'un ton suppliant et essouflé qu'il devait dire quelque chose sur l'hôpital. Ellisande alla vite le rejoindre et se mit à genoux près de sa tête. Elle sortit immédiatement de l'eau.

(S'il a des blessures, Ellisande le soignera de son mieux. Elle l'écoutera tout de même attentivement sur les révélations qu'il


Go to work, get married, have some kids, pay your taxes, pay your bills, watch your TV, follow fashion, act normal, obey the law and repeat after me : I am free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
666/999  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
777/888  (777/888)
avatar
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Jeu 30 Aoû - 20:26

La capuche de l'homme glissa et Ellisande découvrit son visage torturé. Il avait d'immenses cernes et son visage était terriblement anguleux, comme amaigri. Il n'avait pas de blessures mais semblait juste affreusement épuisé. Il avait l'air d'un drogué. Il agrippa doucement Ellisande par les épaules en lui parlant, la fixant d'un regard délavé, vide, intérieurement détruit.
- L'hôpital... Je...
Il but un peu d'eau qu'Ellisande lui tendait. Il s'assied et parvint dès lors à mieux articuler.
- Merci jeune fille... Il faut absolument que tu saches... Je n'en ai plus pour longtemps, la drogue qu'ils ont insinuée dans mes veines va me tuer... Il faut que je livre ce que je sais. Ecoute-moi. Ecoute-moi très attentivement et grave dans ta mémoire tout ce que je vais te dire.
Il la regardait si intensément qu'Ellisande sentit le regard de l'inconnu lui effleurer l'âme, elle se sentit avoir les larmes aux yeux. Ce regard exprimait tant de souffrances.... C'était un regard fou de douleur, annihilé.
- La Secte de Rahazaendelt. Les coupables. Ce sont eux... pour la drogue. Ils m'ont lobotomisé... J'ai fini par psalmodier à leurs côtés... Mais en Le voyant... Je... Un éclair de lucidité m'a sauvé. Je me suis enfui... Je L'ai vu.. Ils m'ont tout dit. Il contrôle les Malades... Non... Il peut contrôler le Mal lui-même !
L'homme sembla s'étouffer un instant, raclant sa gorge et crachant du sang sur le sol.
- Non... Laissez-moi parler jusqu'au bout... Il faut Le tuer... La Secte est à Ses pieds, elle Le protège, ils sont infiltrés partout et les Malades ne peuvent rien contre eux puisqu'ils servent leur Maître... Arh.. Hôpital... Tuer ... Astaroth...
L'inconnu tournait de l’œil. Dans un ultime effort de volonté, il parvint à articuler.
- Tour des médias. Demain soir. Tuer le Prêtre. ... Arh... Et... Hôpital... Astaroth... Le tuer avant que... avant que... Le Mal......
Il s'effondra dans un dernier râle, les yeux révulsés. Ellisande constata avec horreur que ses veines se noircirent, rayant son corps d'éclairs macabres et empoisonnés. Son crâne explosa, faisant gicler un sang noir et poisseux tout autour qu'Ellisande esquiva de justesse. Trois pattes insectoïdes jaillirent du crâne brisé, longues comme des bras, s'agitant fébrilement dans tous les sens.



Son verdict est toujours coupable, sa sentence est toujours la mort.
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Novice
Rang : Survivante
Féminin Sagittaire Cochon
Souffles : 69
Condamné depuis le : 19/08/2012
Age : 23
Localisation : Un endroit merveilleux... SVVCQJVD

Feuille de personnage
Santé physique:
12/12  (12/12)
État :: Normal
Santé mentale:
8/12  (8/12)
avatar
Oona
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Jeu 30 Aoû - 21:34

Ellisande manqua de verser des larmes en voyant l'état du pauvre homme. Elle l'écouta attentivement. Ça sentait pas bon tout ça... Mais après tout, elle avait toutes les connaissances requises pour arrêter le Mal et sauver Rosenfeld! Seulement, seule, c'était mission impossible... Sauf qu'elle n'était pas Tom Cruise.
Mais elle devait faire comme elle pouvait. Déjà, prévenir quelqu'un serait un bon début. Soudain, l'homme près d'elle fut pris de spasmes et il mourut très... salement. Ellisande avait déjà reculé quand le sang avait giclé mais quand elle vit trois pattes bien trop longues à son goût sortir du crâne de l'homme, Ellisande se releva aussitôt et mis plusieurs pas d'écarts entre elle et la bestiole. Elle prit son couteau en main. Si jamais cette sale bête l'approchait, elle le regretterait! Elle était légèrement dégoûtée par ce qu'il se passait. Bon d'accord, elle devait avouer que la situation était horriblement sale. Soudain, Ellisande vit un bout de bois près d'elle. Elle le prit, arracha un bout de son tee-shirt et en enroula le bout du bâton. Elle se dépêcha de sortir son briquet tout en surveillant du coin de l'oeil la bestiole qui s'extirpait dans un bruit de succion franchement immonde. Ellisande espérait que la substance qui avait infecté le sang de l'homme et dont l'insecte était imprégné était inflammable. Sinon... Elle avait toujours son couteau de combat. Une fois encore, elle remercia en silence Arnold et espéra, sans grande conviction, qu'il avait réussi à rester en vie. Ellisande enflamma sa torche improvisée et attendit de pied ferme l'insecte monstrueux.

(si son plan ne fonctionne pas et que son couteau ne suffit pas, Ellisande s'enfuira pour ne pas mourir sous les mandibules)


Go to work, get married, have some kids, pay your taxes, pay your bills, watch your TV, follow fashion, act normal, obey the law and repeat after me : I am free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
666/999  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
777/888  (777/888)
avatar
Lord Érèbe
MessageSujet: La naissance de Sukumo   Ven 31 Aoû - 14:50


Pendant qu'Ellisande fabrique sa torche de fortune, elle voit du coin de l’œil cinq autre pattes jaillir de part en part du corps détruit. Le cadavre s'éleva, porté par ces huit membres inhumains. La scène était abominable, la tête à moitié éclatée de l'homme dodelinait en rythme avec la démarche des pattes qui faisaient avancer ce corps lentement mais sûrement vers la jeune allemande. Elle devinait une créature répugnante cachée dans les entrailles du pauvre homme, mais cette créature semblait ne pas vouloir se montrer tout de suite et rester bien au chaud entre quelques viscères. Les pattes insectoïdes couvertes de sang noir dégoulinant firent s'agiter la créature plus rapidement, et Ellisande n'eut que le temps de la frapper avec sa torche, mais elle ne s'enflamma pas, en revanche la torche resta collée à son corps et une odeur de mort brûlée envahit les lieux. La créature poussa un cri strident à moitié étouffé et la jeune femme en profita pour lui porter un coup de couteau sur une patte, qui se creva en libérant encore plus de ce sang noir et poisseux. En retirant sa lame, elle constata que cette dernière fondait... Et que le sang de la blessure la refermait, comme une pâte durcissant. Ellisande entreprit alors de s'enfuir en courant du mieux qu'elle pouvait, ainsi elle n'était pas de taille. Elle entendait les stridulations du monstre dans son dos, il semblait rester sur place, mais l'instinct d'Ellisande lui dictait de fuir plus loin encore. Le cadavre ambulant allait repartir à l'assaut. De plus, la fin de la journée approchait...



Son verdict est toujours coupable, sa sentence est toujours la mort.
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Novice
Rang : Survivante
Féminin Sagittaire Cochon
Souffles : 69
Condamné depuis le : 19/08/2012
Age : 23
Localisation : Un endroit merveilleux... SVVCQJVD

Feuille de personnage
Santé physique:
12/12  (12/12)
État :: Normal
Santé mentale:
8/12  (8/12)
avatar
Oona
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Ven 31 Aoû - 16:41

Ellisande jura entre ses dents. Et mince, cette horeur ne pouvait donc pas cramer bien sagement! La jeune femme jeta un rapide coup d'oeil en arrière et accéléra sa course au cas où la bestiole sorte de l'homme et la poursuive à un rythme plus rapide. Elle leva les yeux au ciel, elle n'aimait vraiment pas ce nouveau mutant, le cadavre de l'homme ne lui suffisait donc pas? Il fallait en plus que ce monstre la poursuive! La jeune femme rageait, en plus, elle avait rendu son plus bon couteau inutilisable. Elle aurait du utiliser son S&W, elle aurait eu plus de chance... Ou pas, si le sang l'avait touchée, elle n'aurait pas donné cher de sa peau, dans tous les sens du terme.
Ellisande songea qu'il fallait trouver un moyen d'échapper au mutant. Elle décida de reprendre son bon vieux motocross et de reprendre sa route à pied plus tard vers la tour des médias quand elle en aurais fini avec cette...chose. Elle arriva enfin à l'endroit de son motocross, l'enfourcha et démarra en remarquant du coin de l'oeil le cadavre ambulant ramper lentement dans sa direction. Elle démarra à fond en direction de l'opéra. Elle remarqua alors que la lumière déclinait lentement sur Rosenfeld. Ellisande sentit une vague glacée recouvrir son cœur et former une boule dans l'estomac. La nuit n'allait pas être simple...


Go to work, get married, have some kids, pay your taxes, pay your bills, watch your TV, follow fashion, act normal, obey the law and repeat after me : I am free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
666/999  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
777/888  (777/888)
avatar
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Sam 1 Sep - 16:44


Du coin de l’œil Ellisande perçu la créature ramper en traînant le cadavre dont la tête raclait le sol en y laissant une traînée de sang noir. Elle appuya sur l'accélérateur et parcouru la rue dans un vrombissement de moteur. Dans le rétroviseur, la créature avait disparue. La ville se parait de couleurs orangées en même temps que le ciel, le soleil se couchait. Les choses étaient peut-être bien plus effrayantes maintenant qu'elle ne savait plus où était la créature. Un nom lui traversa l'esprit. Cette chose avait un nom. Elle ne savait pas d'où elle tirait cette certitude, mais quelques voyelles percutèrent son esprit. Sukumo.

Elle arriva devant l'Opéra alors que la lumière diminuait grandement. Les réverbères n'étaient jamais allumés bien longtemps en temps normal afin de ne pas perturber les observations scientifiques du ciel avec de la pollution lumineuse, mais depuis l'Invasion ils ne s'allumaient plus du tout. Un grand silence régnait sur les lieux. Au loin, elle entendit un aboiement de chien féroce résonner. La porte majestueuse de l'Opéra était ouverte, menant sur le grand halle de réception. De l'extérieur, Ellisande pouvait déjà voir le luxe des lieux, peintures incroyables et meubles anciens sur fond de rouge et de noir. Pas trace de mutants ni de cadavres, et les lieux ne semblaient pas avoir été vandalisés ou victimes d'un chaos. Les lumières intérieures étaient allumées, peut-être automatiquement.





Son verdict est toujours coupable, sa sentence est toujours la mort.
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Novice
Rang : Survivante
Féminin Sagittaire Cochon
Souffles : 69
Condamné depuis le : 19/08/2012
Age : 23
Localisation : Un endroit merveilleux... SVVCQJVD

Feuille de personnage
Santé physique:
12/12  (12/12)
État :: Normal
Santé mentale:
8/12  (8/12)
avatar
Oona
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Sam 1 Sep - 17:24

Ellisande se rendit compte qu’elle retenait sa respiration quand elle vit des étoiles jaunes s’inviter dans son champ de vision. Elle secoua la tête et prit une grande inspiration. Elle avait eu vraiment chaud cette fois-ci… Cette horreur abominable… Sukumo… l’avait choquée et il lui semblait entendre encore la tête rebondir allégrement sur le bitume tandis que les affreux membres trop grands pour être normaux la suivaient. Ellisande ressentit de nouveau un fort sentiment de solitude.
La jeune femme arriva devant l’Opéra. Elle n’avait jamais eu l’occasion de le voir de près car elle n’était jamais allée voir un spectacle, n’en ayant pas les moyens. La vue des lustres lumineux à l’intérieur la réconforta et lui fit oublier l’arrivée imminente de la nuit. Elle gara le motocross sur le côté du luxueux bâtiment, dans l’ombre pour le rendre indiscernable. Ellisande prit son S&W en main et entra avec méfiance dans l’édifice. Elle se sentait de trop dans ce hall immense qui exhibait ses richesses. Elle n’était pas habituée à tant de luxe et d’or. Ellisande trouvait curieux qu’il n’y ait aucune trace de mutants ni de cadavres. Elle caressa du bout des doigts une colonne de marbre. Ce lieu la faisait rêver, elle imaginait des hommes et des femmes richement vêtus se pressant vers les gradins et il lui semblait entendre un fond de musique classique. La jeune femme entreprit d’ouvrir une porte menant vers les gradins et gravit les marches recouvertes d’un tapis rouge moelleux. Inconsciemment, elle faisait attention à ne pas faire de bruit, comme si le lieu majestueux invitait fortement au silence.


Go to work, get married, have some kids, pay your taxes, pay your bills, watch your TV, follow fashion, act normal, obey the law and repeat after me : I am free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
666/999  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
777/888  (777/888)
avatar
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Sam 1 Sep - 21:53



Et lorsqu'elle ouvrit la lourde porte menant aux gradins, quelle ne fut pas sa surprise en sentant ce silence brisé majestueusement par une musique qui l'envahit aussitôt.
Misa no Uta (orchestra version) by Hirano Yoshihisa on Grooveshark
Première surprise. La seconde lui fit un choc bien plus grand. Elle n'en revenait pas de ce qu'elle voyait. Elle en laissa tomber son revolver, les bras ballants, les yeux écarquillés. Des dizaines, non, plus d'une centaine... Au centre, d'abord. Sur les planches, un ballet de fantômes valsait en rythme avec la musique. Ils tournaient et tournaient encore, soulevant des robes splendides. Certains portaient des masques, d'autres affichaient un visage la plupart du temps mutilé affreusement. Dans la place des musiciens, d'autres fantômes s'appliquaient à jouer soigneusement cet air entraînant. Quant aux gradins, ils étaient pleins, des centaines de personnes alignées contemplant le spectacle, tous vêtus luxueusement. Ellisande sentit sa nuque se glacer d'effroi, il n'y avait pas un seul autre être de chair en ces lieux... Et son regard se porta alors sur le centre de la scène. Une petite fille. Blonde, un grand regard bleu. Elle regardait le vide et pourtant Ellisande était certaine que ses yeux incroyables étaient fixés sur elle. Un temps passa et la musique cessa. Les lumières faiblirent, n'éclairant plus que la petite fille. Elle se mit alors à chanter.
Misa no Uta by 平野綾 on Grooveshark
Spoiler:
 

La jeune enfin était bien réelle, dans sa petite robe bleue, différente de toutes les silhouettes décolorées et transparentes qui l'entouraient. Elle acheva sa chanson et les esprits s'effacèrent avant même d'avoir atteints la sorti, disparaissant. Les lumières revinrent et éclairèrent l'immense salle vide, hantée seulement par la présence de la jeune femme et de la petite fille.






Son verdict est toujours coupable, sa sentence est toujours la mort.
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Novice
Rang : Survivante
Féminin Sagittaire Cochon
Souffles : 69
Condamné depuis le : 19/08/2012
Age : 23
Localisation : Un endroit merveilleux... SVVCQJVD

Feuille de personnage
Santé physique:
12/12  (12/12)
État :: Normal
Santé mentale:
8/12  (8/12)
avatar
Oona
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Sam 1 Sep - 22:55

Ellisande était ébahie. Qu’est-ce que c’était que cette farce encore ? Des fantômes ? C’était n’importe quoi, ça n’existait pas ce genre de…choses. C’était insensé. Pourtant, elle ne rêvait pas… La jeune femme aperçut la petite fille et sentit que ses yeux bleus changeaient son âme profondément, la fouillait et laissait une part d’elle en Ellisande. Quand elle chanta, la jeune allemande se sentit émue, et les mots se gravèrent en elle au fer rouge. Elle n’y comprenait pas grand-chose mais peu importait. Elle sentait que cette jeune fille était importante et manifestement, elle semblait invoquer les esprits.
Quand les fantômes disparurent, Ellisande vit que la petite fille en bleu était toujours plantée au milieu de la scène. Elle se demanda si elle était dangereuse. Cette petite blonde était mystérieuse et Ellisande avait appris à se méfier de tout. Aussi reprit-elle son revolver en main. « Pourvu qu’elle ne ré invoque pas les esprits, songea-t-elle ». C’était dérangeant et perturbant. Ellisande ne savait pas comment réagir, les monstres, elle restait logique, avec les Malades qui étaient arrivés, elle admettait la présence de mutants, mais les fantômes, c’était une tout autre affaire. Ellisande regarda à nouveau la fille aux yeux étrangement semblables aux siens et décida d’aller la voir. Après tout, elle n’était pas sans armes, advienne que devra, et sa mère lui répétait souvent : qui ne tente rien n’a rien. Ellisande entreprit donc de se frayer un chemin jusqu’à la scène et interpella la chanteuse à la voix si sensible :
- Excuse-moi, je suis Ellisande, tu n’as rien à craindre (« et j’espère que c’est réciproque »), qui es-tu ?
Elle se sentait un peu ridicule de la rassurer alors qu'elle tenait un S&W en main...


Go to work, get married, have some kids, pay your taxes, pay your bills, watch your TV, follow fashion, act normal, obey the law and repeat after me : I am free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
666/999  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
777/888  (777/888)
avatar
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Dim 2 Sep - 1:09


La petite fille ne broncha pas lorsqu'Ellisande s'approcha, mais tourna la tête pour l'écouter lorsqu'elle lui posa la question. Elle regarda ensuite le vide à nouveau, un sourire mi-figue mi-raisin figé sur le visage.
- Je m'appelle Lala.
Elle marqua une pause, puis repris, comme répétant quelque chose par cœur :
- Je m'appelle Lala. Comme une chanson, c'est maman qui l'a dit avant que le monsieur il casse la fenêtre. Et le monsieur, il a mangé maman. Je savais pas qu'on pouvait manger les mamans. Si on peut manger les mamans, j'en voulais aussi, parce que c'était MA maman. Mais le monsieur il a pas voulu partager. Après, ils ont tué le monsieur, et mamy s'est occupé de moi, mais moi je l'aime pas mamy, elle est folle, d'ailleurs elle m'a abandonnée et c'est très bien. Après, Felicity est devenue ma nouvelle maman et elle a dit que c'était pas bon de manger les gens, mais elle sait pas parce qu'elle a jamais goûté, j'en suis sûre.
Elle avait ponctué ses derniers mots d'un visage extrêmement concentré en regardant le sol.
- Oui, j'en suis sûre, approuva-t-elle après sa réflexion.
Et elle sourit de nouveau en tournant sur elle-même, faisant voleter sa petite robe bleue.
- Tu viens jouer à cache-cache ?
Avant qu'Ellisande n'ai pu ne serait-ce qu'accepter, la petite fille disparu littéralement. Sa petite voix magnifique résonna à travers les gradins.
- Retrouve-moi !


Son verdict est toujours coupable, sa sentence est toujours la mort.
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Novice
Rang : Survivante
Féminin Sagittaire Cochon
Souffles : 69
Condamné depuis le : 19/08/2012
Age : 23
Localisation : Un endroit merveilleux... SVVCQJVD

Feuille de personnage
Santé physique:
12/12  (12/12)
État :: Normal
Santé mentale:
8/12  (8/12)
avatar
Oona
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Dim 2 Sep - 9:45

Ellisande resta figée sur la scène, stupéfaite et choquée par les paroles de la petite chanteuse. Cette Lala perturbait par sa voix si innocente et ses paroles si diaboliquement enfantines. La jeune femme était partagée entre la peine et le dégoût pour cette petite blonde. Ainsi donc, elle était cannibale et ne se rendait pas compte du problème que ça soulevait… Elle se demanda si elle était comme ça avant l’attaque. Si c’était le cas, bon sang mais quel genre d’éducation avait-elle reçu !? Et puis quel était ce nom ? Lala, ce n’était pas un nom ! Et qui donc était cette Felicity dont parlait la petite ? Elle ne voyait pourtant cette nouvelle maman nulle part… Au moins, celle-ci avait l’air plus sain si elle avait dit à Lala que manger les gens n’était pas bon, bien que le terme le plus adapté serait « pas bien ».
La proposition du jeu de Lala surprit Ellisande, et elle sursauta en s’apercevant qu’elle avait littéralement disparut comme si elle s’était téléportée vers un autre lieu dans l’Opéra. Déstabilisée, Ellisande resta un moment sur la scène à réfléchir. Elle se passa la main dans les cheveux et appela doucement : Lala ? Ecoute, j’aimerais beaucoup jouer avec toi mais j’ai eu une journée difficile et j’aimerais un endroit calme où dormir… Tu ne pourrais pas me renseigner ?


Go to work, get married, have some kids, pay your taxes, pay your bills, watch your TV, follow fashion, act normal, obey the law and repeat after me : I am free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
666/999  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
777/888  (777/888)
avatar
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Dim 2 Sep - 11:50


[Ellisande est mentalement si perturbée par cet enchaînement d'évènements extraordinaires qu'elle perd 1 point de santé mentale. ]

La petite fille réapparu juste à côté d'Ellisande, qui commençait à se sentir complètement épuisée.
- Tu peux dormir ici, les Malades n'y viennent pas. Mais il faut que tu puisse voir le ciel à ton réveil. Mhh.... Tu n'as qu'à dormir dans les appartements des chanteurs et comédiens ! Il y a plein de fenêtres et tu pourras te faire un lit moelleux avec les costumes.
Elle tira sur le pantalon de la jeune femme pour l'obliger à se pencher. Lala lui murmura :
- Mais ne parle pas aux fantômes, ils peuvent être méchants. Surtout pas après minuit ! C'est là qu'Azazel devient fou.
La petite blonde bailla.
- Puisque tu ne veux pas jouer, je retourne au Refuge.
Elle disparu à la seconde où elle achevait sa phrase.
Ellisande était de nouveau seule.




Son verdict est toujours coupable, sa sentence est toujours la mort.
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Novice
Rang : Survivante
Féminin Sagittaire Cochon
Souffles : 69
Condamné depuis le : 19/08/2012
Age : 23
Localisation : Un endroit merveilleux... SVVCQJVD

Feuille de personnage
Santé physique:
12/12  (12/12)
État :: Normal
Santé mentale:
8/12  (8/12)
avatar
Oona
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Dim 2 Sep - 12:41

Ellisande sourit. Elle songea que cette petite était plutôt gentille mais très bizarre. Elle ferait mieux d’écouter ses conseils. Concernant les fantômes et ce… Comment s’appelait-il déjà ? Ah oui, un certain Azazel. Encore un timbré. La ville en était remplie depuis quelques jours… Entre les mutants, les fantômes et les timbrés, elle commençait à en avoir par-dessus la tête. Tout ce qu’elle voulait pour le moment, c’était dormir. Il ne fallait pas parler aux fantômes ? Parfait, de toute façon, elle n’était pas du genre bavarde donc ça lui convenait parfaitement. Et puis, les fantômes, ça ne faisait pas de mal… Non ? Et puis bon, elle ferait comme elle pourrait. Elle s’en était sortie jusqu’à présent, ça pouvait bien continuer… Elle se souvint que Lala avait parlé du Refuge. Ainsi, elle était aussi là-bas. Quelle curieuse petite fille.
La jeune femme se glissa dans les coulisses et aperçut un escalier qui devait sûrement mener aux loges et aux appartements des acteurs. Elle sentait sa tête tourner légèrement et ses jambes flageoler. Ellisande était au bout du rouleau, et pour un peu, elle aurait dormi dans ces escaliers. Elle se força tout de même à grimper le reste des marches et la chanson de Lala lui tournait en boucle dans la tête. Ses yeux papillotèrent, cette chanson agissait comme une berceuse. Ellisande arriva enfin en haut et examina les lieux.


Go to work, get married, have some kids, pay your taxes, pay your bills, watch your TV, follow fashion, act normal, obey the law and repeat after me : I am free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
666/999  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
777/888  (777/888)
avatar
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Lun 3 Sep - 4:18


Dans la première loge, elle trouva un lit calé entre la table de maquillage et une armoire pleine de costumes tous plus attrayants les uns que les autres. En entrant, elle se vit dans le grand miroir. Elle était cernée, ses pansements salis, ses vêtements un peu déchirés. Une journée et déjà plus la même, bien au-delà de son apparence physique. Avec la fatigue, la douleur dans son cou la lança, lui sommant de dormir, son corps devait récupérer. Elle fut rassurée de voir que la clé était sur la porte et qu'elle pouvait s'enfermer. Et quelle ne fut pas sa joie lorsqu'elle découvrit que la porte du fond menait sur une salle de bain luxueuse ! L’électricité fonctionnait encore, il y aurait donc de l'eau chaude. La personne qui avait logé ici devait passer tellement de temps sur les planches qu'elle devait avoir fini par passer plus de temps ici que chez elle, peut-être même n'avait-elle pas d'autre demeure. Ellisande remarqua alors les dessins au fusain, magnifiques, qui ornaient les murs. Des oiseaux, notamment, mais aussi des chevaux et des visages ténébreux. Le trait était violent, aiguisé et précis. C'était très réaliste. Ellisande sentit toutefois un léger frisson monter dans sa nuque lorsqu'elle remarqua qu'il y avait bien plus de dessins de corbeaux sinistres qu'autre chose, mais elle n'en était plus à ça près. Et puis elle avait entendu dire que ces oiseaux, si ils étaient diabolisés en occident, avaient une toute autre signification chez d'autres peuples.
Elle se sentait sale, ce qui était effectivement le cas, et puisqu'elle avait l'occasion de se prendre un bon bain brûlant qui l'aiderait à dormir...
Elle frissonna de délice en entrant dans l'eau chaude et se sentit immédiatement détendue.






Son verdict est toujours coupable, sa sentence est toujours la mort.
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Novice
Rang : Survivante
Féminin Sagittaire Cochon
Souffles : 69
Condamné depuis le : 19/08/2012
Age : 23
Localisation : Un endroit merveilleux... SVVCQJVD

Feuille de personnage
Santé physique:
12/12  (12/12)
État :: Normal
Santé mentale:
8/12  (8/12)
avatar
Oona
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Lun 3 Sep - 15:08

Ellisande avait enfin l'impression de se retrouver elle-même ici, dans un endroit semblant avoir résisté aux horreurs de dehors. La loge était chaleureuse si on omettait les multiples corbeaux dessinés sur les murs. Quand la jeune femme passa devant la glace, elle détourna bien vite le regard de son reflet, lui montrant une Ellisande bien trop différente depuis ce matin. Quand la jeune allemande vit la salle de bains de luxe, elle se sentit fondre et remercia silencieusement l'actrice qui vivait plus souvent ici et qui avait décidé, dans ses caprices de stars, de s'intégrer une salle de bain en ce lieu. Ellisande sourit: Enfin un peu de détente! Elle prit soin de refermer à clé, on était jamais trop prudent, et et enleva ses habits crasseux qu'elle jeta dans un coin de la loge. Elle se glissa alors dans un bon bain brûlant comme elle les aimait. Elle avait rajouté des sels parfumés qui lui apaisèrent la peau et l'esprit en quelques secondes. Détendue, Ellisande ferma les yeux et s'abandonna à la délicieuse volupté que lui procurait ce plaisir inattendu. Tout ce qu'elle avait vécu aujourd'hui s'envolait avec les vapeurs de l'eau. Elle ne pensait plus aux mutants, à Sukumo, aux inquiétantes paroles de l'homme abritant l'araignée mutante ni aux fantômes lugubres. Après une bonne demi-heure, Ellisande sortit du bain et se glissa dans les draps après avoir éteint les lumières, laissant la lune éclairer la loge d'une lueur bleutée.


Go to work, get married, have some kids, pay your taxes, pay your bills, watch your TV, follow fashion, act normal, obey the law and repeat after me : I am free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
666/999  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
777/888  (777/888)
avatar
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Lun 3 Sep - 19:17


Ellisande endormie fit un étrange rêve. Une voix féminine et fluette, un peu fragile, trop peut-être, lui murmurait un vieux poème.


« Une fois, sur le minuit lugubre, pendant que je méditais, faible et fatigué, sur maint précieux et curieux volume d’une doctrine oubliée, pendant que je donnais de la tête, presque assoupi, soudain il se fit un tapotement, comme de quelqu’un frappant doucement, frappant à la porte de ma chambre. « C’est quelque visiteur, — murmurai-je, — qui frappe à la porte de ma chambre ; ce n’est que cela, et rien de plus. »

Ah ! distinctement je me souviens que c’était dans le glacial décembre, et chaque tison brodait à son tour le plancher du reflet de son agonie. Ardemment je désirais le matin ; en vain m’étais-je efforcé de tirer de mes livres un sursis à ma tristesse, ma tristesse pour ma Lénore perdue, pour la précieuse et rayonnante fille que les anges nomment Lénore, — et qu’ici on ne nommera jamais plus.

Et le soyeux, triste et vague bruissement des rideaux pourprés me pénétrait, me remplissait de terreurs fantastiques, inconnues pour moi jusqu’à ce jour ; si bien qu’enfin, pour apaiser le battement de mon cœur, je me dressai, répétant : « C’est quelque visiteur qui sollicite l’entrée à la porte de ma chambre, quelque visiteur attardé sollicitant l’entrée à la porte de ma chambre ; — c’est cela même, et rien de plus. »

Mon âme en ce moment se sentit plus forte. N’hésitant donc pas plus longtemps : « Monsieur, — dis-je, — ou madame, en vérité j’implore votre pardon ; mais le fait est que je sommeillais, et vous êtes venu frapper si doucement, si faiblement vous êtes venu taper à la porte de ma chambre, qu’à peine étais-je certain de vous avoir entendu. » Et alors j’ouvris la porte toute grande ; — les ténèbres, et rien de plus !

Scrutant profondément ces ténèbres, je me tins longtemps plein d’étonnement, de crainte, de doute, rêvant des rêves qu’aucun mortel n’a jamais osé rêver ; mais le silence ne fut pas troublé, et l’immobilité ne donna aucun signe, et le seul mot proféré fut un nom chuchoté : « Lénore ! » — C’était moi qui le chuchotais, et un écho à son tour murmura ce mot : « Lénore ! » — Purement cela, et rien de plus.

Rentrant dans ma chambre, et sentant en moi toute mon âme incendiée, j’entendis bientôt un coup un peu plus fort que le premier. « Sûrement, — dis-je, — sûrement, il y a quelque chose aux jalousies de ma fenêtre ; voyons donc ce que c’est, et explorons ce mystère. Laissons mon cœur se calmer un instant, et explorons ce mystère ; — c’est le vent, et rien de plus. »

Je poussai alors le volet, et, avec un tumultueux battement d’ailes, entra un majestueux corbeau digne des anciens jours. Il ne fit pas la moindre révérence, il ne s’arrêta pas, il n’hésita pas une minute ; mais, avec la mine d’un lord ou d’une lady, il se percha au-dessus de la porte de ma chambre ; il se percha sur un buste de Pallas juste au-dessus de la porte de ma chambre ; — il se percha, s’installa, et rien de plus.

Alors cet oiseau d’ébène, par la gravité de son maintien et la sévérité de sa physionomie, induisant ma triste imagination à sourire : « Bien que ta tête, — lui dis-je, — soit sans huppe et sans cimier, tu n’es certes pas un poltron, lugubre et ancien corbeau, voyageur parti des rivages de la nuit. Dis-moi quel est ton nom seigneurial aux rivages de la Nuit plutonienne ! » Le corbeau dit : « Jamais plus ! »

Je fus émerveillé que ce disgracieux volatile entendît si facilement la parole, bien que sa réponse n’eût pas un bien grand sens et ne me fût pas d’un grand secours ; car nous devons convenir que jamais il ne fut donné à un homme vivant de voir un oiseau au-dessus de la porte de sa chambre, un oiseau ou une bête sur un buste sculpté au-dessus de la porte de sa chambre, se nommant d’un nom tel que Jamais plus !

Mais le corbeau, perché solitairement sur le buste placide, ne proféra que ce mot unique, comme si dans ce mot unique il répandait toute son âme. Il ne prononça rien de plus ; il ne remua pas une plume, — jusqu’à ce que je me prisse à murmurer faiblement : « D’autres amis se sont déjà envolés loin de moi ; vers le matin, lui aussi, il me quittera comme mes anciennes espérances déjà envolées. » L’oiseau dit alors : « Jamais plus ! »

Tressaillant au bruit de cette réponse jetée avec tant d’à-propos : « Sans doute, — dis-je, — ce qu’il prononce est tout son bagage de savoir, qu’il a pris chez quelque maître infortuné que le Malheur impitoyable a poursuivi ardemment, sans répit, jusqu’à ce que ses chansons n’eussent plus qu’un seul refrain, jusqu’à ce que le De profundis de son Espérance eût pris ce mélancolique refrain : Jamais, jamais plus !

Mais, le corbeau induisant encore toute ma triste âme à sourire, je roulai tout de suite un siège à coussins en face de l’oiseau et du buste et de la porte ; alors, m’enfonçant dans le velours, je m’appliquai à enchaîner les idées aux idées, cherchant ce que cet augural oiseau des anciens jours, ce que ce triste, disgracieux, sinistre, maigre et augural oiseau des anciens jours voulait faire entendre en croassant son Jamais plus !

Je me tenais ainsi, rêvant, conjecturant, mais n’adressant plus une syllabe à l’oiseau, dont les yeux ardents me brûlaient maintenant jusqu’au fond du cœur ; je cherchais à deviner cela, et plus encore, ma tête reposant à l’aise sur le velours du coussin que caressait la lumière de la lampe, ce velours violet caressé par la lumière de la lampe que sa tête, à Elle, ne pressera plus, — ah ! jamais plus !

Alors il me sembla que l’air s’épaississait, parfumé par un encensoir invisible que balançaient des séraphins dont les pas frôlaient le tapis de la chambre. « Infortuné ! — m’écriai-je, — ton Dieu t’a donné par ses anges, il t’a envoyé du répit, du répit et du népenthès dans tes ressouvenirs de Lénore ! Bois, oh ! bois ce bon népenthès, et oublie cette Lénore perdue ! » Le corbeau dit : « Jamais plus ! »

« Prophète ! — dis-je, — être de malheur ! oiseau ou démon, mais toujours prophète ! que tu sois un envoyé du Tentateur, ou que la tempête t’ait simplement échoué, naufragé, mais encore intrépide, sur cette terre déserte, ensorcelée, dans ce logis par l’Horreur hanté, — dis-moi sincèrement, je t’en supplie, existe-t-il, existe-t-il ici un baume de Judée ? Dis, dis, je t’en supplie ! » Le corbeau dit : « Jamais plus ! »

« Prophète ! — dis-je, — être de malheur ! oiseau ou démon ! toujours prophète ! par ce Ciel tendu sur nos têtes, par ce Dieu que tous deux nous adorons, dis à cette âme chargée de douleur si, dans le Paradis lointain, elle pourra embrasser une fille sainte que les anges nomment Lénore, embrasser une précieuse et rayonnante fille que les anges nomment Lénore. » Le corbeau dit : « Jamais plus ! »

« Que cette parole soit le signal de notre séparation, oiseau ou démon ! — hurlai-je en me redressant. — Rentre dans la tempête, retourne au rivage de la Nuit plutonienne ; ne laisse pas ici une seule plume noire comme souvenir du mensonge que ton âme a proféré ; laisse ma solitude inviolée ; quitte ce buste au-dessus de ma porte ; arrache ton bec de mon cœur et précipite ton spectre loin de ma porte ! » Le corbeau dit : « Jamais plus ! »

Et le corbeau, immuable, est toujours installé, toujours installé sur le buste pâle de Pallas, juste au-dessus de la porte de ma chambre ; et ses yeux ont toute la semblance des yeux d’un démon qui rêve ; et la lumière de la lampe, en ruisselant sur lui, projette son ombre sur le plancher ; et mon âme, hors du cercle de cette ombre qui gît flottante sur le plancher, ne pourra plus s’élever, — jamais plus !

Elle s'éveilla en sursaut, le "Jamais plus !" final résonnant dans son crâne. Un instant, elle ne su plus où elle était, ne reconnaissant pas sa chambre, mais tout lui revint en mémoire brutalement. La pièce était dans l'ombre, seulement éclairée en son milieu par un rayon de lune bleuté. Effarée, elle vit peu à peu une silhouette humaine, bleue et transparente, prendre forme au centre de la loge. Une jeune femme se tint bientôt face à elle, le visage terriblement pâle et émacié, sublimé dans sa beauté martyr par deux longs yeux bleus clairs cernés de noir. Une robe ancienne et blanche couvrait sa fine constitution. Elle avança vers Ellisande sans mot dire, se figeant face à elle, la fixant droit dans les yeux. Elle était neutre, il n'y avait que son regard écarquillé sur quelque chose d'invisible, ou peut-être les dessins du mur, qui la rendaient effrayante.





Son verdict est toujours coupable, sa sentence est toujours la mort.
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Novice
Rang : Survivante
Féminin Sagittaire Cochon
Souffles : 69
Condamné depuis le : 19/08/2012
Age : 23
Localisation : Un endroit merveilleux... SVVCQJVD

Feuille de personnage
Santé physique:
12/12  (12/12)
État :: Normal
Santé mentale:
8/12  (8/12)
avatar
Oona
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Lun 3 Sep - 21:24

Ellisande s'éveilla en sursaut avec deux mots rebondissant sans cesse dans sa tête. Jamais plus... Jamais plus... Jamais plus... Elle sentait que ces mots avaient une signification profonde et c'est alors que son rêve lui revint en mémoire. Et quel rêve! Elle n'en comprenait pas toute la symbolique et se rapellait surtout du majestueux corbeau croassant "Jamais plus" à la jeune fille fragile ayant perdu une certaine Léonore... Ellisande avait l'esprit embrumé et se frotta les yeux en grimaçant. Elle détestait se réveiller après un rêve. Qui plus est au beau milieu de la nuit! Et ce satané Jamais plus qui continuait à résonné, martelant sa tête et narrangeant pas son mal de crâne qu'elle sentait revenir en même temps qu'elle prenait conscience qu'elle se trouvait dans une loge avec un pansement comme seul vêtement.
Ellisande prit alors conscience qu'une silhouette humaine prenait forme dans le filet de lumière lunaire. Elle se rendit compte avec horreur que le fantôme d'une femme se matérialisait devant son lit juste devant ses yeux!
Ellisande ouvrit grand les yeux mais tint sa langue. Elle se souvenait des paroles de Lala et n'allait certainement pas ouvrir la bouche. La jeune femme se recroquevilla sous les couvertures, inquiète et espérant que le fantôme allait partir sans rien lui faire...
Curieusement, Ellisande, le moment de surprise passé, ne ressent pas de peur mais plutôt une attente calme et patiente.
La jeune femme lança un regard interrogateur au fantôme et lui fit un sourire timide bien que le regard de la femme fut terrible.


Go to work, get married, have some kids, pay your taxes, pay your bills, watch your TV, follow fashion, act normal, obey the law and repeat after me : I am free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
666/999  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
777/888  (777/888)
avatar
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Mar 4 Sep - 18:32

Le fantôme demeura impassible. Lentement, elle avança sa main vers le lit, et d'un geste vif rejeta la couverture tout en s'allongeant sur le côté, juste en face d'Ellisande, la fixant de son regard écarquillé qui semblait regarder partout et nulle part. Elle se mit à murmurer, très lentement.
- ... Edgar... Allan... Poe.
Et elle ferma les yeux.
Deux larmes s'écoulèrent de ses paupières closes, traçant une paire de sentiers liquides sur son visage torturé.


Son verdict est toujours coupable, sa sentence est toujours la mort.
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Novice
Rang : Survivante
Féminin Sagittaire Cochon
Souffles : 69
Condamné depuis le : 19/08/2012
Age : 23
Localisation : Un endroit merveilleux... SVVCQJVD

Feuille de personnage
Santé physique:
12/12  (12/12)
État :: Normal
Santé mentale:
8/12  (8/12)
avatar
Oona
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Mar 4 Sep - 19:53

Ellisande semblait pétrifiée dans son lit. Quand la femme avait enlevé la couverture, Ellisande avait été surprise. Elle ne ressentait pas de gêne car après tout, ce n'était qu'un fantôme. Il n'y avait pas d'ambiguïté. Mais Ellisande aurait quand même préféré rester couverte, elle se sentait protégée ce qui était ridicule car le jour où un drap protégerait... Bref, là n'était pas la question.
Ellisande se sentit émue quand elle vit la femme fantôme pleurer en murmurant des noms. Ou peut-être que c'était une seule personne. Surement un amour perdu ou qui avait blessé la femme. Dans tous les cas, cette personne faisait souffrir le fantôme. Ellisande se sentit emplie de curiosité pour la vie de cette femme qui ne lui voulait pas, de toute évidence, de mal.
Ellisande ne tenta toutefois pas de communiquer avec elle ni de la toucher. La jeune femme s'était collée au mur pour se placer le plus loin possible de la femme et pour ne pas la toucher. Mais aussi triste que fut ce fantôme, Ellisande se sentait frustrée de ne pas pouvoir dormir, se reposer. Elle se savait égoïste de penser ça mais avec la mort à ses trousses et empoisonnant Rosenfeld, elle ne se sentait pas le cœur à faire de l'humanitaire. Et de plus, au final, c'était plutôt dérangeant de se trouver nue en présence d'une femme inconnue, fantôme ou pas. Lentement, Ellisande se redressa et sortit du lit. Elle se dirigea vers la penderie et dénicha un costume pas trop voyant et pas trop inconfortable.
Ellisande se retourna vers le lit pour voir ce que faisait le fantôme.


Go to work, get married, have some kids, pay your taxes, pay your bills, watch your TV, follow fashion, act normal, obey the law and repeat after me : I am free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
666/999  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
777/888  (777/888)
avatar
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Mar 4 Sep - 20:51


Alors qu'Ellisande chercha à s'habiller, la fantôme se dévêtit, s'étant redressée elle laissa glisser sa longue robe au sol, révélant un corps splendide dans sa macabre maigreur. Ne rouvrant toujours pas les yeux, elle s'allongea de nouveau, remontant la couverture sur sa frêle silhouette bleutée. Alors qu'elle lui tournait le dos, elle se retourna vers Ellisande, ayant rouvert ses grands yeux.
- J'ai froid. J'ai si froid.... Je ne te demande pas l'amour, mais un peu de ta chaleur. Je ne te tuerai pas. Je me serrerai juste contre toi, tu réchaufferas mon corps glacé par les ténèbres. S'il te plaît, reste nue, offre-moi juste un peu de chaleur. S'il te plait. J'ai si froid.
C'était la même voix que celle du poème dans son rêve. Fluette, fragile. Et son regard, son visage tout entier exprimaient une telle tristesse, elle ressemblait à une ange déchirée.
- Cela fait si longtemps que j'ai froid... Tu pourras dormir, j'éloignerai les servants d'Azazel... Laisse-moi juste me blottir contre toi.
Il sembla à Ellisande que tous les corbeaux des murs la regardaient d'un oeil accusateur, hurlant dans son crâne :
- Jamais plus !
Comme si, jamais plus, elle ne pourrait connaître autre chose que la solitude si elle refusait la compagnie au fantôme.



Son verdict est toujours coupable, sa sentence est toujours la mort.
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Novice
Rang : Survivante
Féminin Sagittaire Cochon
Souffles : 69
Condamné depuis le : 19/08/2012
Age : 23
Localisation : Un endroit merveilleux... SVVCQJVD

Feuille de personnage
Santé physique:
12/12  (12/12)
État :: Normal
Santé mentale:
8/12  (8/12)
avatar
Oona
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Mer 5 Sep - 12:33

Ellisande hésita longuement devant l’offre du fantôme. Mais la note de sincérité de la femme la convainquit d’accéder à sa demande. De plus, elle semblait réellement désespérée. Lentement, avec prudence, Ellisande se dévêtit et retourna silencieusement dans le lit où la femme fantôme était allongée. Son visage bouleversé émut profondément Ellisande qui se réfugia également sous la couverture. Avec réserve, Ellisande se rapprocha du fantôme. Elle se rendit alors compte du comique de la situation, elle était nue aux côtés d’une femme fantôme triste qui lui demandait de la chaleur humaine contre sa protection. Mais de la protection, Dieu savait combien elle en avait besoin si ce mystérieux Azazel venait à la visiter. Ellisande sourit gentiment au fantôme, après tout, elle lui faisait un peu de compagnie et la jeune femme commençait à souffrir de la solitude et elle voulait réellement aider cette belle femme si triste. Ellisande se fichait un peu de la scène morbide qu'elle offrait, elles étaient seules et elle se fichait des critiques finalement. Elle faisait ce qu'elle voulait et ça lui plaisait comme ça.
L'allemande s'endormit alors, bercée par son propre souffle et par l'air un peu apaisé du fantôme.


Go to work, get married, have some kids, pay your taxes, pay your bills, watch your TV, follow fashion, act normal, obey the law and repeat after me : I am free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
666/999  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
777/888  (777/888)
avatar
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   Ven 7 Sep - 12:10

La femme plaqua son corps contre celui d'Ellisande. Sa peau était douce comme de la soie, presque inconsistante, et Ellisande eut l'impression d'être recouverte d'une immense caresse. Un peu troublée de sentir ses seins contre ceux de la fantôme, elle finit toutefois par s'endormir. C'était juste beau. Deux corps esseulés se serrant l'un contre l'autre pour trouver un réconfort que le monde ne semblait plus vouloir leur accorder. Ces deux jeunes femmes si belles à leur manière, enlacées dans le sommeil. La femme fantomatique lui murmura son nom juste avant qu'elle ne s'endorme :
- Je suis Mélusine.
Et sa tête retomba, dans le cou d'Ellisande, ses lèvres encore bleuies posées, comme un baiser silencieux, sur la peau douce de la jeune fille.

Ellisande fit un premier rêve qui la glaça d'effroi dans son sommeil. Elle était là, endormie, et la fantôme la serrait, son étreinte devenant glacial, si froide qu'Ellisande avait l'impression de sentir son âme paralysée dans cet étau gelé. Les corbeaux la regardaient et clamèrent, tous en cœur :
- et ton âme, hors du cercle de cette ombre qui gît flottante sur le beau lit, ne pourra plus s’élever, — jamais plus !

Elle ne s'éveilla pas, continuant à dormir, et fit un second rêve, bien plus indistinct.

*

Musique lourde et puissante, déferlante de notes endiablées
Furtivité des feux-follets, fantômes enflammés
Pauvres erres parcourant ce plafond décoré
Habilement, maîtres des pinceaux.

Un lustre de cristal blanc trône en son centre,
Ô cristaux ! Pourquoi pleurez-vous ?
Un lustre de cristal blanc trône en son centre,
Ô piano, pourquoi mourez-vous ?

Les notes hurlent de tristesse
Chant de la mélancolie !
Dehors la neige, pleine d'ivresse
Silence après le cri.

Sur ce qui semble être un théâtre, deux femmes nues. L’une est à genoux, l’autre la regarde de haut, en face, les cheveux disposés étrangement. Elles jouent une pièce que tu ne comprends pas. Théâtre de la vie ?
Elles jouent une pièce que tu ne comprends pas !
Celle qui est à genoux porte un masque avec des cornes. Des pleurs résonnent. Un murmure "On dirait le Diable !" un cri.
Un cri. Déchirant, absolu, total.
Quelques gouttes de sang, pourpre parfait, tâchent un sol de marbre blanc et noir.
Un couloir, sous le lustre, sous le plafond étrange, et une silhouette pâle qui déambule. Reflet de solitude,
Éclat de souffrance.
L'être disparaît dans l'ombre, laissant derrière lui,
Une larme et quelques roses écarlates.
Tout s'enflamme.

*
Son sommeil se poursuit dans un néant profond jusqu’au réveil. Elle se souvient du rêve tel qu’il est ainsi décrit. Il lui semble que le cri a résonné toute la nuit. Ellisande ouvre ses grands yeux, il fait jour, un rayon solaire éclaire la petite loge. Son regard traversant la fenêtre, elle voit le ciel. Le ciel brûle littéralement, de gigantesques flammes dévorent les nuages. Les langues de feu s'agitent comme un seul et gigantesque serpent, un dragon peut-être et le tableau du cri de Munch semble prendre vie : on dirait que le monde entier hurle à l'agonie de souffrance et de solitude sous un ciel de brasier. Cette vision est sublime et terrifiante à la fois, l'Enfer semble ouvrir sa gueule béante sur la Terre. Chaos, ballet de braise et de souffre, colonnes rougeoyantes et bûchers de nuages.
Les flammes s'éteindront soudainement, laissant place à la pluie. Le ciel est blessé, brûlé, il est désormais noirâtre... Nuages gris et blancs comme des traînées de mélancolies, fine pluie persistante. Un léger brouillard s'élève au dehors.
Alors que Mélusine avait disparu sous le soleil, l'ombre soudaine qu'emmena la pluie la fit reparaître. Elle était juste devenue invisible, car elle n'avait pas bougé, elle était toujours là, doucement endormie, un bras passé sur la hanche de la jeune femme.
Dehors, la pluie se déchaîna et devint bientôt un véritable déluge.
Ellisande fut prise d'un pressentiment. Il lui dictait que le monde tel qu'elle le connaissait venait de changer à jamais.


[ Tu es désormais le 13 Juin 2099. Tu as regagné ta santé physique grâce au repos et tu as faim. Tu dois désormais poster dans "L'Opéra & le Théâtre" en t'y créant un sujet et en précisant au début de ton post "13 Juin 2099". ]


Son verdict est toujours coupable, sa sentence est toujours la mort.
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Allons botter les fesses à ces sales monstres!   

Revenir en haut Aller en bas
 

Allons botter les fesses à ces sales monstres!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Qui a crée ces monstres? Les gnbistes/ lavalas ou les deux !
» Allons au marché ♪ [PV: S'hira et Anna]
» Tour des âmes=> monstres
» voili mes monstres
» Les fesses à l'air par le toit ouvrant d'une voiture...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Schwarzwald Forum RPG :: La Cité de Rosenfeld :: Introduction - 13 Juin 2099 "Le Sixième jour"-