Schwarzwald Forum RPG
CE FORUM RPG EST INTERDIT AUX MOINS DE 18 ANS.
Une certaine maturité est nécessaire pour appréhender les thèmes traités avec assez de recul.
De plus, certains propos fictifs ont une nature violente ou érotique.
Toutes les choses décrites demeurent du domaine de la fiction et n'engagent en aucun cas les opinions des auteurs.
Âmes sensibles s'abstenir.

Maintenant que vous êtes prévenu, si vous décidez quand même de lire ce forum, cela n'engage que vous et nous déclinons toute responsabilité concernant un heurt potentiel de votre sensibilité.


« Les crucifiés chantent et leur choeur me met en joie ; regardez tous ces rouages mû par une seule volonté, un seul but. Ne plus souffrir. Et pourtant, si leurs voix se cassaient, ils seraient exemptés.»
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
...Invité, your mind is lost.
Loading...
Loading...
Loading...

Partagez | 
 

 Quite à devoir vivre autant faire quelque chose de sa vie, sortons.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rang : Familier Esclave
Féminin Lion Rat
Souffles : 15
Condamné depuis le : 06/08/2012
Age : 22
Dimension : Joueuse
Localisation : Villa d'Amand
Feuille de personnage : Jouer, dormir, manger, miaulé, ronronner, servir son maitre, égorger des lapins

Feuille de personnage
Santé physique:
16/16  (16/16)
État :: Esclave du Vampire, normal
Santé mentale:
3/3  (3/3)
Miya
Miya
MessageSujet: Quite à devoir vivre autant faire quelque chose de sa vie, sortons.    Mer 8 Aoû - 1:35

L'horloge de l'ordinateur affichait midi, et l'estomac de Fubuki le lui faisait savoir à son tour. Courbée au dessus de son bureau, elle achevait la liste des lieux à visiter et des choses élémentaires dont elle aurait sûrement besoin pour survivre. Elle plongea la main dans le paquet de gâteaux d'apéritif qui se trouvait à côté du tas de feuilles sur lequel elle griffonnait depuis plusieurs jours. Sa main remua dans le paquet pour ne rencontrer que de petites miettes.. " Ca y est, maintenant c'est vraiment la crise ! Y'a même plus à manger ... " . Fubuki se leva, et passa sa tête par la fenêtre, la rue qu'elle avait l'habitude d'emprunter tous les jours pour aller prendre son service était déserte. " Niveau ambiance film d'horreur, on fait pas beaucoup mieux . " Elle saisit la liste qu'elle venait de terminer, et la survola rapidement, essayant tant bien que mal de se remémorer tout ce qu'elle aurait pu avoir en sa possession qui pourrait lui servir. " Un couteau suisse, j'ai ... Un briquet, j'ai ... Une lampe torche, j'ai ... A manger ... J'ai .. HA non ! J'ai plus ... Grrr... " . Fourrant tout son attirail dans les poches de son jean et de sa veste, elle se dirigea vers la porte d'entrée, prit les clefs au vol, ferma à double tour et descendit dans le hall. A peine avait-elle descendu la dernière marche que l'odeur âcre du sang lui prit la gorge. Cette fois-ci c'était sûr, la mort était bel et bien là. Elle ouvrit la porte de l'immeuble et sortit, à présent il fallait se diriger vers l'hôpital peut-être y aurait-il quelque chose d'utile là bas .

(HRP : 1 couteau suisse + 1 briquet + 1 lampe torche )




Dernière édition par Fubuki Miyazawa le Mer 8 Aoû - 12:17, édité 2 fois (Raison : Oublis de mots x))
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
666/999  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
777/888  (777/888)
Lord Érèbe
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: Quite à devoir vivre autant faire quelque chose de sa vie, sortons.    Mer 8 Aoû - 2:10

[A Rosenfeld les piles n'existent plus ^^ Ta lampe en est une qui fait de la lumière bleue et qui se recharge en actionnant une petite manivelle qui fait beaucoup de bruit. ]

La jolie stripteaseuse sentit une légère brise lui effleurer les joues. La rue était toujours aussi déserte, encombrée par des voitures garées n'importe comment ou arrêtée au beau milieu du bitume. Contre le mur de la rue d'en face, des squelettes, parfaitement nettoyés de toute chair. Un peu partout, des tâches de sang. La route vers l'hôpital n'est pas longue, mais à deux rues de lui, tu entends un grognement guttural, qui semble tout près.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang : Familier Esclave
Féminin Lion Rat
Souffles : 15
Condamné depuis le : 06/08/2012
Age : 22
Dimension : Joueuse
Localisation : Villa d'Amand
Feuille de personnage : Jouer, dormir, manger, miaulé, ronronner, servir son maitre, égorger des lapins

Feuille de personnage
Santé physique:
16/16  (16/16)
État :: Esclave du Vampire, normal
Santé mentale:
3/3  (3/3)
Miya
Miya
MessageSujet: Re: Quite à devoir vivre autant faire quelque chose de sa vie, sortons.    Mer 8 Aoû - 12:16

Le vent frais et les grognements qui lui parvenait aux oreilles la firent frissonner, peut-être n'était-il pas prudent de se déplacer à pieds dans une ville qui était encore infestée de mutants il y a peu... Fubuki tourna les talons vers la gauche, puis se dirigea vers une immense porte d'acier gris, y posa ses mains et donna une forte impulsion à la porte qui se leva, laissant apparaitre un grand garage. Le garage était sombre, Fubuki n'avait jamais aimer cet endroit, et à présent que toute la ville avait été envahis par d'affreuses créatures, il lui semblait encore moins accueillant. S'engouffrant dans le noir, Fubuki tâtonnait à la recherche de son bolide. Sa main se posa sur la selle froide et molle de l'engin. Elle passa sa jambe droite au dessus de la selle, et s'y assis doucement, poussant avec ses jambes pour faire reculer la machine, elle sortit du sombre garage une superbe Kawasaki noire et grise, prit son casque, et fit redescendre la lourde porte du garage. La jeune femme mit le contact et fit gronder le moteur, mit son casque sur sa tête, enclencha la première et démarra doucement, n'étant que peu sûre de ce qu'elle allait trouver à quelques rues d'ici ..


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
666/999  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
777/888  (777/888)
Lord Érèbe
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: Quite à devoir vivre autant faire quelque chose de sa vie, sortons.    Mer 8 Aoû - 16:30


Continuant doucement sur la route de l'hôpital, elle entend quelques grognements, mais ne voit rien. Au détour d'une rue, elle se retrouve non loin du grand bâtiment. Il y a énormément de voitures, partout, le parking est plein et les véhicules continuent de s’étendre sur la route. Mais pas âme qui vive. Pas de cadavres non plus. Un silence absolu.
Après un temps d'observation, tu entends un cri venant du troisième étage - il y en a cinq -, un homme vient de se jeter par la fenêtre et tombe en hurlant. Il s'écrase violemment, passant à travers le toit d'une voiture dans un bruit sourd. Personne n'apparaît aux fenêtres, la plupart ont les rideaux fermés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang : Familier Esclave
Féminin Lion Rat
Souffles : 15
Condamné depuis le : 06/08/2012
Age : 22
Dimension : Joueuse
Localisation : Villa d'Amand
Feuille de personnage : Jouer, dormir, manger, miaulé, ronronner, servir son maitre, égorger des lapins

Feuille de personnage
Santé physique:
16/16  (16/16)
État :: Esclave du Vampire, normal
Santé mentale:
3/3  (3/3)
Miya
Miya
MessageSujet: Re: Quite à devoir vivre autant faire quelque chose de sa vie, sortons.    Mer 8 Aoû - 20:21

En voyant l'homme s'écraser violemment contre le toit d'une voiture Fubuki hurla, et en freinant brusquement, dérapa, moto et conductrice se retrouvèrent à terre. Le véhicule sur La demoiselle peina longuement pour pousser l'engin qui la bloqué au sol. Une fois dégagée elle se leva rapidement, regarda vers les fenêtres du troisième étage, mais ne vit rien. Elle s'approcha alors doucement de la voiture, a chaque pas, Fubuki sentait son coeur faire un bond. Elle découvrit avec terreur le corps ensanglanté et déchiqueté de l'homme, ses bras et ses jambes, semblaient cassés. Son visage était tourné vers elle, ses yeux rouges sang étaient plus qu'effrayants. La jeune femme hurla de terreur, elle avait des hauts le coeur, si bien qu'elle s'en étouffa, sentant son coeur battre à toute allure, elle avait l'impression qu'il allait éclaté . Elle s'éloigna de la voiture en tremblant, elle essayait tant bien que mal de reprendre son souffle .. Elle s'assit près de sa moto, toujours sur le flanc, et tenta de se calmer du mieux qu'elle le pouvait. Cinq minutes passèrent, elle se décida à se relever, mit son engin sur béquille, fit un large détour pour éviter la voiture et son nouvel occupant .. Et se dirigea vers la porte principal de l'hôpital.. " Apparemment je ne suis pas la seule à avoir penser à cet endroit, bon on verra bien " .


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
666/999  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
777/888  (777/888)
Lord Érèbe
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: Quite à devoir vivre autant faire quelque chose de sa vie, sortons.    Mer 8 Aoû - 21:10


Fubuki, visiblement poussée par une curiosité malsaine, fut fortement éprouvée par la scène. Elle se maintient grâce à sa forte volonté mais est fragilisée.
La porte principale était grande ouverte sur un long couloir sombre, pratiquement pas éclairé. Un homme l'arpentait en direction de Fubuki. Il était grand, svelte, chauve alors qu'il n'avait pas plus de trente ans, et était d'une pâleur parfaite. Il s'approcha d'elle et lui parla :
- Bonjour, je suis le docteur Mark. Vous êtes blessée ? Vous cherchez quelque chose ?
Il sembla apprécier du regard les courbes délicieuses de la jeune femme.


[-1 de santé mentale pour avoir vu de près le type éclaté dans la voiture.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang : Familier Esclave
Féminin Lion Rat
Souffles : 15
Condamné depuis le : 06/08/2012
Age : 22
Dimension : Joueuse
Localisation : Villa d'Amand
Feuille de personnage : Jouer, dormir, manger, miaulé, ronronner, servir son maitre, égorger des lapins

Feuille de personnage
Santé physique:
16/16  (16/16)
État :: Esclave du Vampire, normal
Santé mentale:
3/3  (3/3)
Miya
Miya
MessageSujet: Re: Quite à devoir vivre autant faire quelque chose de sa vie, sortons.    Mer 8 Aoû - 22:12

( HRP : les paroles entre /slash/ sont les pensées de mon personnage, désolée je savais pas trop comment les signalées >.< )


"- Bon.. Bon.. Bonjour ... Je, heu, m'appelle Fubuki Miyazawa, et heu JE VIENS DE VOIR UN MEC SE JETER DU TROISIEME ETAGE !
- Calmez vous mademoiselle, ça va aller
"
Elle s'adossa au mur du couloir puis se laissa glisser jusqu'au sol de carrelage dur et froid. L'homme s'assit près d'elle, posa sa main sur la cuisse de Fubuki, qui d'un geste brusque hota la main de l'inconnu de sa cuisse /"Non mais ça va oui ?! Il veut pas mettre sa main entre mes cuisses non plus ?!"/ . L'homme ayant visiblement compris repris
" - Comment vous êtes vous fait cela ? dit-il en pointant du doigt la large ouverture dans le jean de Fubuki
- En voyant l'homme s'écraser contre le toit de la voiture j'ai freiner et j'ai déraper
- Je vois, rien de trop grave, vous n'êtes même pas écorchée !
- Ce que je voudrais bien savoir c'est pourquoi ce fichu macabé se retrouve t-il encastrer dans le toit de cette foutue voiture !!!
- Calmez vous dit-il alors doucement, pendant que son regard déviait doucement des yeux de Fubuki jusqu'à son décollet
é "
Passant sa main doucement sur la joue du Docteur, et la descendant vers son menton, Fubuki releva d'un geste sec la tête de l'homme et le regarda dans les yeux .
" Bon mon coco ! C'est 50 euros de l'heure donc soit tu me donnes des explications sur ce qu'il s'est passer, soit tu payes ... "
Des bruits de pas retentirent dans la noirceur du couloir, les deux jeunes gens levèrent la tête et tendirent l'oreille. /"Encore une de ses saloperies de mutants ?!"/


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
666/999  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
777/888  (777/888)
Lord Érèbe
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: Quite à devoir vivre autant faire quelque chose de sa vie, sortons.    Mer 8 Aoû - 22:43

Un hurlement retentit même, venant des étages.
- Ne vous en faites pas, ce sont des blessés que l'on soigne comme on peut mais il ne nous reste plus beaucoup d’anesthésiant... Venez avec moi, nous serons plus à l'aise pour parler dans mon bureau, fit-il en désignant une porte à quelques mètres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang : Familier Esclave
Féminin Lion Rat
Souffles : 15
Condamné depuis le : 06/08/2012
Age : 22
Dimension : Joueuse
Localisation : Villa d'Amand
Feuille de personnage : Jouer, dormir, manger, miaulé, ronronner, servir son maitre, égorger des lapins

Feuille de personnage
Santé physique:
16/16  (16/16)
État :: Esclave du Vampire, normal
Santé mentale:
3/3  (3/3)
Miya
Miya
MessageSujet: Re: Quite à devoir vivre autant faire quelque chose de sa vie, sortons.    Mer 8 Aoû - 23:08

/" Hé bien ! Ils ont l'air de beaucoup souffrir ! "/
Etonnée et quelques peu méfiante Fubuki suivis le Docteur jusqu'à la porte de son bureau, elle s'arrêta sur le seuil de la porte, passant la tête à l'intérieur de la pièce, elle observa le dit bureau. La pièce était propre et bien rangée, à l'inverse du reste de la ville. Elle franchit lentement le pas de la porte, et suivis l'homme jusqu'au fauteuil d'examen, qui se trouvait au fond de la pièce . Fubuki était mal à l'aise, et très méfiante /"Il m'a vraiment cru quand je lui ai dit qu'il fallait qu'il me paye ?!"/ Elle s'assit près du jeune docteur dont le regard déviait encore vers son décolleté.
" - Les temps sont durs non ?.. Toutes ces attaques, tous ces morts, tous ce sang ... Nous vivons dans un monde cruel vous ne trouvez pas ? ..
- Heu.. Ou..Oui ..
- J'aurais réellement besoin d'un peu de chaleur... humaine.. Pas vous ? "
Fubuki leva brusquement la tête et regarda l'homme et son sourire charmeur ..
/"Il n'a pas tord d'un côté.. Hum... Pourquoi pas, ça nous permettrait de nous évadez quelques instants.."/
"- Hé, bien.. C'est vrai que c'est tentant..
- Laissez vous tenter, un peu de plaisir pour oublier tout ça ..
- D'aa..D'acc.. "
Fubuki fût surprise par le docteur qui l'embrassa doucement, en faisant passer sa main sur son épaule ... Elle sentait son coeur battre de plus en plus vite, et le sang lui monter aux joues . Bientôt elle fut allongée sur le fauteuil, l'homme au dessus d'elle.
/"Mon dieu qu'il fait chaud ! Et qu'il embrasse bien ... C'est embarrassant, c'est plutôt moi qui suis au dessus d'habitude..."/


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
666/999  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
777/888  (777/888)
Lord Érèbe
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: Quite à devoir vivre autant faire quelque chose de sa vie, sortons.    Jeu 9 Aoû - 2:28

/!\ Contenu sexuel violent et horrifique /!\


Mark continuait de l'embrasser, semblant se délecter avec une grande passion de la bouche sulfureuse qu'offrait Fubuki. Ses mains commencèrent à descendre sur le corps sublime de la jeune stripteaseuse, caressant ses seins, son ventre et ses hanches sans cesser de l'embrasser. Fubuki pouvait sentir au contact de ses doigts une certaine fragilité physique, ils semblaient de verre, comme des brindilles pouvant se casser à tout instant. Le docteur avait l'air expérimenté et pourtant il semblait découvrir le corps d'une femme pour la première fois, mêlant gestes sûrs et caresses indécises. Ils s'étreignirent longuement, toujours plus dévêtus, jusqu'à se retrouver entièrement nus sur le lit d'examen, ivres de désir, attisés par leurs langoureux attouchements. Mais l'étrange Mark semblait vouloir faire durer l'impatience plutôt que de se jeter sur ce corps quasi-parfait encadré de longs cheveux décolorés. Il lui mordit doucement la lèvre tout en pinçant son sein, et de l'autre main semblait redessiner les nombreux tatouages de la japonaise. Lorsque l'attente ne fut plus possible, il la pénétra doucement, avant de se perdre avec elle dans les remous du plaisir. Au bout d'une longue étreinte, alors que le paroxysme approchait, Mark tendit sa main et ouvrit un tiroir du bureau, en sortant quelque chose que Fubuki ne vit pas, aspirée par le plaisir. Ils s'embrassaient toujours et, soudain, Fubuki eut l'impression que la langue du médecin s'allongeait. Non, ce n'était pas une impression, elle semblait la pénétrer plus profondément, à l'instar du sexe qui lui donnait des tremblements de jouissance. Elle écarquilla les yeux, et découvrit avec horreur que le visage de Mark n'avait plus grand chose d'humain. Ses yeux s'étaient fendus de pupilles reptiliennes, sont nez s'écrasait, ne laissant presque que les deux fentes des narines, et la langue pénétra sa bouche jusque dans sa gorge. Elle eut un réflexe vomitif mais rien ne se passa, elle ne pouvait pas fermer les dents, contrainte par son corps qui exigeait qu'elle respire et crache, mais elle étouffait. Elle sentait ce morceau de chair gluant gigoter dans sa gorge et sembler la fouiller de l'intérieur, il lui enlevait toute force, elle se sentit atrocement faible. Elle continuait d'embrasser malgré elle la créature, malgré elle elle ressentait toujours un plaisir, presque décuplé par la peur, sous les coups de reins du reptilien. Alors qu'elle allait perdre connaissance faute d'oxygène, l'être retira brutalement sa langue, la laissant prendre une grande bouffée d'air en même temps qu'elle ressentit l'explosion de l'orgasme. Les deux sensations mêlées étaient particulièrement intenses. A peine eut-elle ressentit cette vague de plaisir que la créature lui planta une seringue dans le bras, et en moins d'une minute elle perdit connaissance.

*

Elle s'éveilla sur le sol d'une large pièce sans meubles, emplies de dizaines d'hommes, de femmes et d'enfants terrifiés, figés dans un mutisme horrifique, les mines désespérées. Elle était nue sous une couverture, ses vêtements posés à côté d'elle. La pièce n'était éclairé que par un infime rayon de lumière provenant d'une fenêtre fermée. Il n'y avait qu'une seule porte, en fer, close. Personne ne semblait la voir, à vrai dire, personne ne semblait voir personne.

[-2 points de santé mentale, 1 pour la terreur d'avoir été abusée par une créature, 1 autre pour le trouble qui régnait en son esprit parce qu'elle avait malgré tout assez aimé ça pour avoir un orgasme. ]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang : Familier Esclave
Féminin Lion Rat
Souffles : 15
Condamné depuis le : 06/08/2012
Age : 22
Dimension : Joueuse
Localisation : Villa d'Amand
Feuille de personnage : Jouer, dormir, manger, miaulé, ronronner, servir son maitre, égorger des lapins

Feuille de personnage
Santé physique:
16/16  (16/16)
État :: Esclave du Vampire, normal
Santé mentale:
3/3  (3/3)
Miya
Miya
MessageSujet: Re: Quite à devoir vivre autant faire quelque chose de sa vie, sortons.    Mar 14 Aoû - 23:19

Des frissons parcouraient le corps de Fubuki depuis plusieurs minutes, si bien qu'elle finit par ouvrir un oeil, il faisait très sombre, elle ne distinguait pas grand chose. Elle était gelée, elle bougea lentement chacun de ses membres, non sans douleur, puis compris enfin qu'elle n'était pas morte. Ou du moins pas encore. /"Mais qu'est-ce que je fous là ?! Et l'autre là... Et, et, putain j'ai envie de vomir ..."/ La jeune femme passa une main le long des courbes de son corps à peine couvert par une fine couverture, pour découvrir qu'elle était complétement nue. " BORDEL ! ", cria elle, elle leva la tête, et distingua plusieurs silhouettes verticales, à l'exceptions de quelques unes qui semblaient assises, ou même allongée. Fubuki était nue, recouverte d'une simple couverture, comme offerte aux yeux de ceux qui l'entourait, mais pourtant, aucun regard ne la fixait, aucune tête n'était penchée en sa direction. Elle n'était pas seule, mais pourtant un énorme sentiment de solitude l'emplie. Tournant la tête elle découvrit un tas de linge lui appartenant, elle le saisit sans perdre une seconde. Enfilant du mieux qu'elle le pouvait chacun de ses vêtements tout en luttant pour que la couverture continue de la recouvrir. Elle réussit non sans mal à enfiler ses habits, puis se leva doucement. La tête lui tournait, et les images de la sauvage aventure qu'elle avait vécu quelques heures auparavant lui revenaient en tête. /"Pour une partie de jambe en l'air, s'en était une des plus sauvages ..! Peut-être que j'en rigolerais un jour, mais pour l'instant je viens quand même de me faire violée par un putain d'humain-lézard ! .. C'était pas dans un film ça ?! ... Bref, quoi qu'il en soit c'était dégueulasse.."/ . " Bonjour, où, où sommes nous ? ..." dit-elle en tremblant légèrement.. Ses paroles furent suivies d'un long silence, qu'elle se décida à rompre au bout de quelques minutes " Quelqu'un m'entend ?! Hého ! MERDE ! Y'a quelqu'un qui m'entend dans ce maudit endroit ?! " Fubuki désespérée continua de crier plusieurs minutes, mais sans résultats .. Elle s’accroupit lentement et prit sa tête entre ses mains, elle était perdue, essayant de se mentir à elle même pour se rassurer et tenter d'oublier tout ce qui c'était passer aujourd'hui, tout comme elle avait apprit à le faire depuis plusieurs années ... Peut-être était-elle réellement finie cette fois-ci ... Avoir fait tant d'efforts pour finir par pourrir dans un lieu perdu entouré de gens pétrifiés pour on sait qu'elle raison, après s'être fait violée par un monstre. Cette pensée fit voir rouge à Fubuki qui soudainement se releva /"Il est temps d’arrêter les conneries, si je suis encore en vie c'est qu'il y a bien une raison ! "/ . Elle se dirigea alors vers l'une des silhouettes effrayantes qui se trouvait là, et posa sa main sur l'épaule de celle-ci ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
666/999  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
777/888  (777/888)
Lord Érèbe
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: Quite à devoir vivre autant faire quelque chose de sa vie, sortons.    Mar 14 Aoû - 23:39


Sauf que l'homme chauve qu'elle aborda n'était qu'un humain banal, il n'y avait pas de mutants dans la pièce. Il la regarda, sans vraiment la regarder. Mais le contact de la main sur son épaule sembla l'éveiller.
- Ah. Oui. Vous êtes nouvelle. Bienvenue en enfer, dans ce cas... Nous sommes enfermés ici par les Malades. Ils nous étudient. Nous questionnent. Et, lorsqu'ils ont tirés tout ce qu'il pouvait de l'un ou de l'une de nous, ils la tuent puis la mangent ou... La changent à sont tour en mutant. La plupart d'entre nous sont ici depuis la retraite. Ils nous ont capturés. Chaque jour, nous supportons le cri de nos camarades d'infortune, qui résonnent dans tout le bâtiment... Je crois... Je crois que... Ils les dissèquent vivants... Et il y a la Chose... Il est bien plus effrayant qu'eux... C'est le Diable en personne !
Le pauvre homme avait l'air vraiment terrifié.
A cet instant, la porte de fer s'ouvrit. Un Albinos vêtu comme un infirmier et très courbé entra et enjoignit Fubuki à le suivre.
- Vous êtes intéressante. Intéressante, oui, c'est ce qu'Il a dit. Vous allez devoir Le voir. Oui, intéressante. Bwahaha intéreessssante !
Il prit la jeune femme par le poignet, et commença à la tirer dans le couloir.



Son verdict est toujours coupable, sa sentence est toujours la mort.
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang : Familier Esclave
Féminin Lion Rat
Souffles : 15
Condamné depuis le : 06/08/2012
Age : 22
Dimension : Joueuse
Localisation : Villa d'Amand
Feuille de personnage : Jouer, dormir, manger, miaulé, ronronner, servir son maitre, égorger des lapins

Feuille de personnage
Santé physique:
16/16  (16/16)
État :: Esclave du Vampire, normal
Santé mentale:
3/3  (3/3)
Miya
Miya
MessageSujet: Re: Quite à devoir vivre autant faire quelque chose de sa vie, sortons.    Mer 15 Aoû - 0:46

" Qu..qu..Quoi ?! Attendez ! Qu'est-ce qu'il a dit ? Il a parler de quoi ? Du Diable ?! C'est quoi cet endroit ?! Et vous, mais lâchez moi bon sang ! "
Fubuki se débattait du mieux qu'elle le pouvait, mais se fut sans succès, l'albinos ne lâchait pas prise. Tentant de se libérée de l'emprise du fou qui serrait son poignet de plus en plus fort, Fubuki remuait dans tous les sens, espérant sentir une faiblesse et en profiter pour se dégager . Mais l'homme au dos difforme ne semblait pas vouloir laisser la moindre possibilité à la jeune demoiselle de s'échapper. Tenant fermement son poignet et la trainant de toutes ses forces, l'homme la conduisait lentement mais sûrement vers ce Il. /"Où m’emmène t-il bon sang ?! Bon, il est temps de se débarrassé de cette chose.. Et si.. Oui je vais faire ça !"/ .. Fubuki se tortillait, et se rappelant de ce qu'elle avait apprit durant ses années de striptease, prit appuis sur sa jambe gauche, et lança d'un geste vif sa jambe vers le visage du fou. Elle ne manqua pas sa cible, sa jambe heurta de plein fouet le visage ingrat du bonhomme. Elle tomba à la renverse l'entrainant dans sa chute, tout deux se retrouvèrent face contre terre, Fubuki, libérée de la force du fou se releva non sans peine et couru à tout hasard à travers les longs couloirs tous identiques de l'endroit où elle se trouvait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
666/999  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
777/888  (777/888)
Lord Érèbe
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: Quite à devoir vivre autant faire quelque chose de sa vie, sortons.    Mer 15 Aoû - 2:40

[Tu peux mettre tes pensées en italique ou entre des étoiles ** ce sera plus simple ]

Fubuki couru un petit moment avant d'entendre que le mutant lui courait également après.
- Intéressante ! Il a dit !
Ce cri fut suivi d'un craquement hideux et d'un choc sourd. Une voix s'éleva. Indéfinissable, sépulcrale comme si elle venait de la nuit des temps, la voix de quelque chose de puissant habitué à être obéi, possédant une autorité gigantesque. Elle semblait aiguë et grave à la fois, résonner partout et nulle part, s'insinuer directement dans les tympans et dans l'esprit.
- RATTRAPEZ-LA.
L'ordre était péremptoire. Absolu.
Fubuki sentit une ombre démesurée s'élever dans son dos. Mais elle ne pu se retourner. La peur que provoquait l'entité enjointe aux récents évènements traumatisants semblaient glacer son corps. Fubuki sentit son instinct de survie prendre le dessus, elle ne se maîtrisait plus. Elle ressenti toute la volonté que pouvait contenir son être s'unir en une flèche de feu qui pris possession d'elle-même.
Survivre.
*

Coma. Fubuki dort. Et, emportée par le sommeil, elle rêve.

*
Musique lourde et puissante, déferlante de notes endiablées
Furtivité des feux-follets, fantômes enflammés
Pauvres erres parcourant ce plafond décoré
Habilement, maîtres des pinceaux.

Un lustre de cristal blanc trône en son centre,
Ô cristaux ! Pourquoi pleurez-vous ?
Un lustre de cristal blanc trône en son centre,
Ô piano, pourquoi mourez-vous ?

Les notes hurlent de tristesse
Chant de la mélancolie !
Dehors la neige, pleine d'ivresse
Silence après le cri.

Sur ce qui semble être un théâtre, deux femmes nues. L’une est à genoux, l’autre la regarde de haut, en face, les cheveux disposés étrangement. Elles jouent une pièce que tu ne comprends pas. Théâtre de la vie ?
Elles jouent une pièce que tu ne comprends pas !
Celle qui est à genoux porte un masque avec des cornes. Des pleurs résonnent. Un murmure "On dirait le Diable !" un cri.
Un cri. Déchirant, absolu, total.
Quelques gouttes de sang, pourpre parfait, tâchent un sol de marbre blanc et noir.
Un couloir, sous le lustre, sous le plafond étrange, et une silhouette pâle qui déambule. Reflet de solitude,
Éclat de souffrance.
L'être disparaît dans l'ombre, laissant derrière lui,
Une larme et quelques roses écarlates.
Tout s'enflamme.
*

Son sommeil se poursuit dans un néant profond jusqu’au réveil. Elle se souvient du rêve tel qu’il est ainsi décrit. Il lui semble que le cri a résonné toute la nuit. Elle ouvre soudainement les yeux. Ils sont tournés vers le ciel, elle ne voit que lui. Le ciel. Il brûle littéralement, de gigantesques flammes dévorent les nuages. Les langues de feu s'agitent comme un seul et gigantesque serpent, et le tableau du cri de Munch semble prendre vie : on dirait que le monde entier hurle à l'agonie de souffrance et de solitude sous un ciel de brasier. Cette vision est sublime et terrifiante à la fois, l'Enfer semble ouvrir sa gueule béante sur la Terre...
Les flammes s'éteindront soudainement, laissant place à la pluie. Le ciel est blessé, brûlé, il est désormais noirâtre... Nuages gris et blancs comme des traînées de mélancolies, fine pluie persistante. Un léger brouillard s’élève du sol.
En quelques instants, Fubuki est trempée. Elle est allongée à même le bitume, au beau milieu d'une rue. Elle n'a absolument aucune idée d'où elle se trouve. Quelque part dans les quartiers bourgeois, à la vue des maisons et villas. Elle a mal aux jambes et extrêmement faim. Les nuages annoncent une tempête, la pluie s'épaissit.
Elle n'a aucun souvenir de ce qu'il s'est passé entre sa fuite dans l'hôpital et son coma. Le rêve en revanche semble avoir marqué son esprit, et la scène céleste à laquelle elle venait d'assister, également.


[ Affaiblie par la faim, mal aux jambes( tu as perdu 3 pv). Tu gagnes 10xp et tu viens de passer au rang de Survivante pour avoir survécu à ta première journée dans Schwarzwald ~ ]


Son verdict est toujours coupable, sa sentence est toujours la mort.
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang : Familier Esclave
Féminin Lion Rat
Souffles : 15
Condamné depuis le : 06/08/2012
Age : 22
Dimension : Joueuse
Localisation : Villa d'Amand
Feuille de personnage : Jouer, dormir, manger, miaulé, ronronner, servir son maitre, égorger des lapins

Feuille de personnage
Santé physique:
16/16  (16/16)
État :: Esclave du Vampire, normal
Santé mentale:
3/3  (3/3)
Miya
Miya
MessageSujet: Re: Quite à devoir vivre autant faire quelque chose de sa vie, sortons.    Mer 15 Aoû - 22:36

(HRP : Euwkei, je les mettrais entre étoiles (*) =) )


Fubuki allongée sur le bitume, fixait le ciel, en admiration, et effrayée. Son regard se perdait à présent dans l'infini du ciel, qui quelques secondes plus tôt s'enflammait devant ses yeux. Elle était là, seule, au beau milieu d'une rue abandonnée, allongée le visage vers le ciel, comme offerte à la pluie qui s'abbatait sur elle, et dont la fraicheur lui rosissait légérement joues . Ses vêtements trempés lui collaient à la peau, et épousaient parfaitement les courbes de son corps. Elle leva doucement la tête, appuya son coude contre le sol et posa sa tête sur sa main *Que s'est-il encore passer ?! Bon, je suis habillée cette fois-ci et seule à première vue ... Mais où suis-je ?! Comment suis-je arrivée ici ?! ..* Tant de questions naissaient dans l'esprit de la jeune demoiselle, tant de questions auxquelles elle devait absolument trouver des réponses. Puissant dans le peu de force qu'elle avait, elle se leva péniblement, ses jambes et sa tête étaient lourdes, elle peinait à tenir debout, toutes ces aventures l'avait affaiblie. Une journée était passée depuis son départ, mais pourtant cela lui parraissait extremement éloigner ... " Si l'enfer existe, j'y suis c'est certain ! " grogna t-elle. Regardant les marques rougeâtres qu'elle portait au poignet elle se souvint du fou albinos "intéréssante" disait-il.. Une chanson lui tournait en tête, mais d'où venait-elle ?! Essayant de se rappeler ce qu'il c'était passé, Fubuki ferma les yeux et revit alors le ciel en feu qu'elle avait comptemplé à son réveil. Des frissons parcouraient tout son corps, elle tremblait.. Elle tentait de faire abstraction de tout cela, et se concentra pour pouvoir trouver au plus vite de la nourriture pour calmer les grondements de son estomac. Elle se dirigea lentement ,en trainant les pieds, vers les habitations environantes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entité Maîtresse
Rang : Dieu
Masculin Balance Coq
Souffles : 373
Condamné depuis le : 26/07/2012
Age : 25
Dimension : Incarnare
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Santé physique:
666/999  (666/999)
État :: Absolu
Santé mentale:
777/888  (777/888)
Lord Érèbe
Lord Érèbe
MessageSujet: Re: Quite à devoir vivre autant faire quelque chose de sa vie, sortons.    Mer 15 Aoû - 23:50


La pluie ralentissait un peu sa progression, d'autant que ses jambes étaient douloureuses. Elle ne trouva que des habitations fermées et commençait à avoir froid sous la pluie. Elle aperçu alors sous un lampadaire une silhouette qui y était adossée. Une jeune femme, pas plus de vingt deux ans, japonaise. Très fine, plus grande que Fubuki, de longues mains élégantes et une imposante poitrine voluptueuse à peine voilée par un T-shirt blanc trempé. Elle avait les yeux et les cheveux d'un noir de jais, le visage long, la peau d'une pâleur idéale. Des lèvres rouge sang et d'évidence exquises à faire mourir de désir n'importe qui les regardant. Elle avait des rangers aux pieds, un pantalon visual style gothicopunk rapiécé et moulant, une veste de cuir élégante et parfaitement coupée. Hormis le T-shirt, elle est toute en noir. Elle portait à la ceinture un imposant pistolet de chaque côté et ce qui était probablement une réserve de chargeur était attachée à son pantalon au niveau de la cuisse. Elle fumait une cigarette, l'écrasa et s'approcha de Fubuki. Cette dernière pu constater que le regard de la jeune femme était semblable à la nuit, impénétrable et profond. Elle aborda d'une voix langoureuse la jeune strip-teaseuse :
- Salut. Qu'est-ce que tu fous ici toute seule et sans armes ?
Elle s'approcha de Fubuki, écoutant vaguement sa réponse. Déjà elle se déplaça souplement dans son dos et pressa un point nerveux quelque part dans son cou. Fubuki perdit connaissance.


[Tu es dans le coma et te réveillera bientôt. Je te ferai signe et t'indiquerai le topic où poster. ]


Son verdict est toujours coupable, sa sentence est toujours la mort.
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang : Familier Esclave
Féminin Lion Rat
Souffles : 15
Condamné depuis le : 06/08/2012
Age : 22
Dimension : Joueuse
Localisation : Villa d'Amand
Feuille de personnage : Jouer, dormir, manger, miaulé, ronronner, servir son maitre, égorger des lapins

Feuille de personnage
Santé physique:
16/16  (16/16)
État :: Esclave du Vampire, normal
Santé mentale:
3/3  (3/3)
Miya
Miya
MessageSujet: Re: Quite à devoir vivre autant faire quelque chose de sa vie, sortons.    Dim 26 Aoû - 19:17

( HRP : Where am I ? ^^ )


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Quite à devoir vivre autant faire quelque chose de sa vie, sortons.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Quite à devoir vivre autant faire quelque chose de sa vie, sortons.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Y a-t-il quelque chose qui puisse valoir ...
» Si vous voyez quelque chose tomber en poussière, sachez que la Lumière approche.
» Si vous avez besoin de quelque chose, appelez-moi. Je vous dirai comment vous en passer.
» Si je n'ai pas à le faire, je ne le fais pas. Ce que je dois faire, je le fais vite.
» Quelque chose de compliqué à dire mais de facile à ressentir (Lunayä-Toshiro)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Schwarzwald Forum RPG :: La Cité de Rosenfeld :: Introduction - 13 Juin 2099 "Le Sixième jour"-